Et vous, êtes-vous un raciste ou un homophobe ordinaire ?

Dans la cour, on peut entendre des insultes considérées comme banales : sale gros, espèce de tapette, de pédale, sale arabe, etc. Sans le savoir, vous faites du racisme ordinaire, de l’intolérance ordinaire.

Source image : Editions Marlaga, livre : Sommes nous tous racistes ?

Le racisme ordinaire est basé souvent sur des préjugés (Les Juifs, selon ces préjugés, seraient riches, ou avares, ou aimeraient démesurément l’argent) et des stéréotypes, c’est-à-dire le fait de généraliser une idée à partir d’un simple exemple (mon voisin est musulman et intégriste donc tous les musulmans sont intégristes).

« Ce que j’appelle le racisme ordinaire, ce sont toutes ces petites phrases qui sont empreintes de préjugés que l’on entend de manière quotidienne mais contre lesquelles on n’a pas de recours légal et qui constituent selon moi des micro-agressions. » dit Rokhaya Diallo, une militante féministe et antiraciste.

Des petite phrases de tous les jours peuvent porter atteinte à la dignité de certains.

Cela vaut pour la couleur de peau, mais aussi pour nos préférences sexuelles : « Réduire un être humain à son appartenance sexuelle procède de la même logique que le racisme qui réduit ce dernier à sa couleur de peau ou à son origine. » Car dans notre société, être hétérosexuel reste la norme, même si les jeunes générations évoluent.

Racisme ordinaire. Source image : flair.be

Il faut prendre conscience de la portée et du sens de nos mots : rien n’est anodin, tout peut blesser. Parce que ça peut faire mal aux personnes qui sont visées.

Et dans la vie quotidienne, il arrive que l’on véhicule des clichés racistes sans même s’en rendre compte. « Ça peut être des réflexions sur les noms, les prénoms, sur les origines, la façon de s’habiller, de se coiffer. Toutes ces petites remarques qui placent la personne ciblée à l’extérieur de la communauté ».

Les privilèges des personnes à la peau blanche

Les personnes qui ont la peau blanche sont plus facilement acceptées  que les personnes  à la peau noire par exemple.  Et cela dans de nombreux domaines. Par exemple, s’appeler Rachid ou Fatoumata peut être un handicap pour un entretien d’embauche.

Le conseil de Maboula Soumahoro quand on est une personne blanche, c’est «être honnête et accepter cette prise de conscience qui sera nécessairement douloureuse». Car on fait presque toujours du racisme ordinaire quand on est blanc.

Sources :Cosmopolitain / Salut et Fraternité / Marie-Claire

Article de Krysta

Gacha life et ses nombreuses créations

Vous  avez sans doute entendu  parler du jeu vidéo Gacha life !!! Un jeu plein de vie,  passionnant mais qui est aussi très critiqué ! Et bien je vous le présente !

Gacha Life. Source image : blog : quand on est papa

C’est une application sur écran qui permet de créer des petites scènes, des personnages et de les animer avec des bulles de discussion et plusieurs fonds. Pour les personnages, nous ne sommes pas obligés de faire des personnages basiques nous pouvons aussi en faire qui sortent de l’ordinaire, par exemple un avec la peau verte avec ou bien des oreilles de chat ou autre animal.

D’après un papa qui a créé son blog, « le principe est étonnamment simple : vous créez des personnages, vous imaginez votre histoire et c’est parti mon kiki pour créer des court-métrage d’animation ».

Avantages :

Il s’agit d’un outil créatif qui va faire travailler l’imagination des jeunes (comme des grands) qui pourront laisser libre cours à leurs histoires.

Et c’est aussi un bon moyen de travailler son orthographe !!! Pour avoir de meilleur notes en français, on travaille ses dialogues !

Problèmes rencontrés :

Dans Vikidia, une encyclopédie Wiki pour les 8-13 ans,  on peut lire que certaines  histoires sont un peu immorales. « Certains membres de la communauté font des vidéos pornographiques mettant en  scène leurs personnages. Mais visiblement, aujourd’hui, le créateur de cette application l’a mise à jour et ce n’est plus vraiment possible.

Autre problème, les phrases ou mots sont souvent mal orthographiés dans les bulles et le niveau de langue est très familier et faible.

Enfin, beaucoup de personnes trouvent les histoires immatures et trop puériles alors que les utilisateurs de Gacha Life ont en moyenne entre 15 et 19 ans.

Conclusion: Utilisez Gacha life pour améliorer votre créativité et votre orthographe, mais pas pour faire des saynètes stupides ou vulgaires.

Sources : Vikidia/Quand on est papa

Article de Paoline

Gardiens des cités perdues, un livre envoûtant !

Gardiens des Cités Perdues (de son vrai nom Keeper of lost Cities) est un livre de Shannon Messenger dont le tome 1 est paru en 2012. Cette saga fantastique, aux deux sens du terme, raconte l’histoire d’une jeune fille avec la faculté de lire dans les pensées, une faculté qu’elle  découvre à l’hôpital lors de ses 5 ans.

Gardien des cités perdues. Source image : Amazon

Le résumé

Ce livre raconte l’histoire d’un jeune fille de 12 ans, Sophie, très intelligente (si intelligente qu’elle est déjà arrivée en terminale à l’âge de 12 ans !), avec une mémoire photographique qui ne lui fait jamais défaut, et surtout, la faculté de lire dans les pensées, faculté qu’elle a découverte à l’âge de 5 ans alors qu’elle était à l’hôpital après une chute. Depuis, il lui est insupportable de rester dans une foule, car elle entend tout ! Il lui est encore plus insupportable d’entendre les pensées de sa mère, qui répètent sans cesse : « Pourquoi n’es-tu pas comme ta sœur ? ». D’ailleurs, elle se pose beaucoup de questions et se demande souvent : « Suis-je vraiment dans la bonne famille ? » (c’est vrai qu’être blonde et fine dans une famille qui est tout le contraire, on peut se poser des questions).

Un jour, pendant une visite au musée avec son lycée, les écouteurs dans ses oreilles (c’est le seul moyen de chasser ces horrible voix, celles des pensées de tous les gens qui l’entourent), elle voit un adolescent et d’instinct, sent qu’il n’est pas comme les autres ; en plus, il la regarde fixement ; elle enlève ses écouteurs et est tout à coup prise d’une migraine atroce en entendant les pensées de deux enfants bruyamment admiratifs devant une oeuvre. C’est à ce moment que le jeune homme étrange lui dit : « Toi aussi, tu les entends ?! »

À ce moment ses soupçons se transforment en certitudes : il faut fuir ce garçon aussi vite que possible ! Elle court aussi vite qu’elle peut, provoque l’accident d’une voiture  qui fait tomber un réverbère sur elle. C’est alors qu’une chose spectaculaire se passe ensuite : elle soulève le réverbère grâce à ses pensées !! Le garçon la prend à part dans une impasse assez sombre et sort un long et majestueux objet orné de cristaux. Cet instrument se nomme un éclaireur et il sert à se téléporter ! Mais où l’amène-t-il ? Selon  ce jeune homme, tout simplement « chez elle ». Qui est-elle exactement ?

Mon avis

C’est un livre assez envoûtant, avec un peu d’humour, un peu de frayeur, un peu de tristesse et un zeste d’amour (c’est le genre de livre dans lequel on peut passer du rire aux larmes en quelques secondes quand on est émotif comme moi !) . Les personnages arrivent peu à peu et sont très attachants. Sophie se fait beaucoup d’amis et quelques ennemis. Cet ouvrage parle également des différences familiales. C’est une saga de 9 tomes dent le neuvième sortira en novembre. Et bonne nouvelle, les premiers tomes seront bientôt disponibles au CDI !!

Bonne lecture !!!

Article écrit Pauline

A quoi faut-il rouler pour polluer moins ?

Aujourd’hui on se pose de plus en plus la question : comment polluer moins lorsqu’on utilise une voiture ? Chez nous, en Corrèze, il est quasiment impossible de se déplacer à pied, car les villes sont petites et tout le monde ou presque habite à la campagne. Alors, faut-il rouler à l’essence, au Diesel, à l’électrique ou au GPL?

A quel carburant rouler pour polluer moins ? Source de l’image : leprogres

Le diesel

C’est le carburant aujourd’hui le plus vendu en France, il est produit grâce à la distillation du pétrole brut. Sa composition diffère de l’essence car le gazole est issu d’hydrocarbures plus lourds que ceux utilisés pour la fabrication de l’essence. Le rendement d’un moteur Diesel est meilleur que celui d’un moteur essence. Au niveau de la consommation de carburant, le diesel est moins cher que l’essence. Mais est-il moins polluant ?

Le moteur diesel produit une quantité importante d’oxydes d’azote et de particules de carbone, néfastes pour l’environnement et pouvant provoquer des problèmes pulmonaires. Normalement, les moteurs diesels sont équipés de filtres à particules censés limiter la pollution.

Selon une étude publiée commandée par le gouvernement, les moteurs diesel récents seraient parfois moins polluants que les véhicules à essence ; et même,  certains modèles de voiture diesel feraient aussi bien que des modèles électriques, en matière de pollution.

L’essence

Les hydrocarbures utilisés pour la fabrication de l’essence sont plus légers que ceux qui servent de base à l’élaboration du diesel. L’allumage, dans les moteurs essence, est effectué grâce à une bougie déclenchant une étincelle qui enflamme le mélange essence-air.

On a l’habitude d’entendre que l’essence serait moins polluante que le diesel, mais aucune certitude d’après mes lectures ! Le moteur essence est recommandé pour tous ceux qui roulent peu ou surtout en ville. Mais contrairement au diesel, le moteur à essence libère beaucoup d’hydrocarbures imbrûlés et plus de CO2. Ils sont moins chers à l’achat et l’entretien est plus simple.

Le GPL

Le gaz de pétrole liquéfié (GPL) est un carburant alternatif naturel, qui peut remplir le rôle de l’essence et du gasoil. Le GPL est un mélange de gaz naturel et d’hydrocarbures légers, issus du raffinage du pétrole : le butane et le propane. Pour alimenter le moteur de leur véhicule GPL, les automobilistes ont le choix entre une injection liquide ou gazeuse. Le GPL est, à ce jour, le carburant alternatif  le plus utilisé dans le monde. Le plus grand avantage du GPL est d’ordre écologique.

Le GPL est en effet le carburant le moins polluant. Il ne libère pas de particules et limite les émissions de CO2, un des gaz responsables de l’effet de serre.  En cas de pollution importante, les voitures GPL ne sont pas interdites de circulation. Ce carburant alternatif limite en effet la pollution dans l’atmosphère puisque les véhicules qui l’utilisent émettent en moyenne 15 % de CO² de moins qu’un moteur équivalent à essence. Le gaz ne produit pas de particules fines, responsables du trou dans la couche d’ozone et de nombreuses maladies respiratoires. Il réduit aussi fortement les émissions de NOx (Oxyde d’azote)et d’hydrocarbures imbrûlés.

Il est beaucoup moins cher que les autres carburants mais comme il y a un risque d’explosion, il est réputé plus dangereux et est moins utilisé en France que l’essence et le diesel.

Les voitures électriques

« Pas de bruit, pas d’odeur, pas de gaz d’échappement. Lorsque vous croisez une voiture électrique dans la rue, l’effet propre est immédiat ». Mais est-ce si propre dans la réalité ? Déjà, pendant la phase de fabrication,  ça pose problème, car elle utilise des métaux rares « comme le néodyme ou le cobalt, ainsi que du graphite et du lithium, issus notamment de Chine, de République démocratique du Congo et d’Amérique du Sud, »explique Guillaume Pitron, journaliste et auteur de La Guerre des métaux rares. Il explique aussi que « l’extraction et le raffinage de ces métaux nécessitent l’emploi d’énormément d’eau et de produits chimiques. La pollution est ainsi déplacée dans les pays pauvres. »

Et même si c’est plus propre qu’un véhicule à moteur thermique, ça reste une voiture : « même sans pot d’échappement, les voitures électriques émettent des particules fines lorsqu’elles roulent. Comment ? Par l’abrasion des pneus, des plaquettes de frein et de la route ».

Conclusion :

Avec toutes ces informations, finalement, on reste perplexe : rien n’est vraiment meilleur pour l’environnement, même si le GPL s’en tirerait mieux que les autres ; le mieux est peut-être de se mettre au vélo ! Et vu notre paysage qui monte et qui descend, en plus, vous deviendrez de vrais sportifs !

Agressions entre adolescents : un phénomène inquiétant

Le vendredi 15 janvier en fin de journée dans le 15 ème arrondissement de Paris un jeune homme a été victime d’agression. Mais qui est l’auteur de cette agression et pourquoi ?! Ce problème est-il isolé ?

Yuriy, l’adolescent agressé. Source de l’image : midilibre

Le vendredi 15 janvier vers la fin de journée dans le 15 ème arrondissement de Paris dans le quartier de Beaugrenelle a eu lieu une agression d’une terrible sauvagerie. C’est une bande  provenant de la rue des Quatre-Frères-Peignot qui est l’auteur de cette agression, ils étaient dix au total  don neuf mineurs (certains mineurs allaient au lycée Michelet à Vanves) et un jeune majeur. La victime était un jeune homme d’origine ukrainienne âgé de 15 ans nommé Yuriy. Quand la police est arrivée sur les lieux du crime on a retrouvé un marteau dans un bac à fleur et plusieurs barres en fer. Une vidéo dans Le Point nous explique : »Selon les premiers éléments de l’enquête, il aurait été victime d’un « match retour » après qu’un adolescent de Vanves a été frappé quelques jours plus tôt. Deux mineurs ont été mis en examen après l’agression pour une tentative de meurtre, de  vol et suspectés de faire partie de la bande de Vanves. 11 jeunes ont été mis en examen dont 7 pour tentative d’assassinat.

Depuis, les problèmes de règlements de compte entre bandes rivales ont pris de l’ampleur. Deux adolescents de 14 ans ont trouvé la mort fin février et les réseaux sociaux sont en cause : ils amplifieraient les problèmes de rivalité.

Sources : Le point.frfrancetvinfo/ francebleu.fr /L’express 

article écrit par Clémentine

Après le succès, la défaite…

J.K Rowling, la maman du jeune et célèbre sorcier connu de tous ,avait connu une grande victoire avec Harry Potter. Vingt ans après, on lit toujours avec autant de passion cette saga. Mais elle essuie une puissante défaite aujourd’hui. Sorti ce Noël, son nouveau livre L’Ickabog a déçu tous ses fans… mais pourquoi ??

 

Ce Noël tout les fans du jeune sorcier Harry attendaient  avec impatience le nouveau livre de leur auteur préféré, JK Rowling ! Et moi la première ! Mais surprise, ils ne s’attendaient pas à ceci.

Et oui L’ickabog  ne plait pas aux jeunes lecteurs…

De quoi parle-t-il ?

Voici ce que l’on peut lire sur la quatrième de couverture : « La Cornucopia était un petit royaume heureux. On n’y manquait de rien, le roi portait la plus élégante des moustaches, et le pays était célèbre pour ses mets délicieux : Délice-des-Ducs ou Nacelles-de-Fées, nul ne pouvait goûter ses gâteaux divins sans pleurer de joie ! Mais dans tout le royaume, un monstre rôde : selon la légende, l’Ickabog habitait les Marécages brumeux et froids du nord du pays. On disait de cette créature qu’elle avait de formidables pouvoirs et sortait la nuit pour dévorer les moutons comme les enfants ».

Ce que j’en pense :

Moi je l’ai reçu en cadeau à Noël alors je vais vous dire ce que j’en pense. Je suis très déçue car je m’attendais à un livre dans le même style que Harry Potter. Mais non, il s’agit d’un tout autre univers, car L’ickabog est un monstre et les habitants sont tous parfaits ! Nous sommes aussi beaucoup  autour de la cuisine. Bof.

Je pense aussi que tout le monde s’attendait a un livre vraiment excellent après le succès de sa saga, alors donc les fans sont forcément déçus.

Pour terminer, voici le commentaire d’un lecteur sur Babelio : « Ici, on ne retrouve pas la richesse et le foisonnement d’Harry Potter – le format et l’intrigue ne s’y prêtent pas du reste et le public visé est beaucoup plus jeune. Les personnages sont caricaturaux : les méchants le sont vraiment, affublés de tous les défauts, et les gentils sont très courageux, le monstre pas si méchant finalement et le dénouement conforme aux lois du genre ».

Ecrit par Louane

Un parchemin centenaire retrouvé par hasard !

En septembre 2020 un couple à retrouvé, à Ingersheim, dans un champ, une capsule en aluminium contenant un  parchemin militaire allemand, datant de juillet 1910. 

Le parchemin centenaire ! Source image : franceinfo

En 1910, un militaire allemand avait accroché un message à la patte d’un pigeon voyageur mais il s’était perdu en cours de route. Retour au présent : lors d’une balade en septembre dernier, un couple à récolté  à Ingersheim, dans un champ et à la place de carottes, une capsule en aluminium contenant un parchemin vieux de 110 ans !

Cette capsule avait été envoyée par Gänsbert du 171e régiment d’infanterie de Colmar !

La traduction du message est si dessous :                                                                                                                                                      « Le 3e bataillon du 171e régiment recule via la route Colmar-Ingersheim. L’adversaire poursuit la 9e compagnie, située la plus à gauche. La section Potthoff subit des tirs lorsqu’elle atteint la frontière Ouest du terrain d’exercice. La section Potthoff répond aux tirs et se retire au bout d’un moment. Dans la forêt de la Fecht, la moitié d’un peloton a été neutralisée. La section Potthoff recule en ayant subi de lourdes pertes. »

Le papier sera exposé au musée du Linge, qui rouvre au printemps 2021. « Ce sera l’une des plus belle pièces du musée », témoigne avec émotion Dominique Jardy. Il sera placé à côté d’un mannequin… portant justement une tenue d’officier du 171e régiment d’infanterie. Ça ne s’invente pas !

Des recherches complémentaires vont être menées par le conservateur sur ce message resté enfoui pendant 110 ans. « On va continuer à travailler un petit peu dessus, se renseigner sur ces manoeuvres militaires. » Il reste très étonné « du fort engouement » suscité par la découverte, auquel il ne s’attendait pas.

Sources : France info et 20 minutes              

par Camille Ruiz et Olivia Moyen

Comment je vis cette période de restrictions ?

Pour  beaucoup des personnes, le covid19 prive de beaucoup de libertés, comme de pouvoir faire du sport  ou des activités culturelles. J’ai demandé à mes camarades de 6e comment ils vivaient cette période.

Que faites-vous en ce moment ? Source de l’image : planetesante.fr

 » Déjà, je ne peux plus faire de vélo le soir, je ne peux pas aller au cinéma le weekend, je ne peux plus aller à la piscine… du coup je fais beaucoup plus d’écrans, surtout des jeux vidéos sur la console et je regarde des vidéos sur Youtube, et je ne vais plus dehors »  dit Mathys.

Louane, quant à elle, explique : « je vois beaucoup moins ma famille, surtout ma tante chez qui j’allais le dimanche et le mercredi, et c’est plus compliqué au quotidien vu que je vis entre deux maisons, le couvre feu à 18 h m’empêche de faire certaines courses, il faut tout le temps se dépêcher pour tout faire… »

Maxence trouve ça difficile : « ça me manque d’aller dehors, j’ai dû arrêter d’aller au basket, et je vois moins de copains ».

Axel, lui non plus, ne fait plus de sport : « je ne peux plus aller au hand, mais sinon ça ne me change pas grand chose à la maison ».

Enfin, Alexandre est triste : « je n’ai pas pu aller au Portugal voir ma famille depuis 6 mois, je ne fais plus de foot  parce que c’est  de19 à 21h normalement, je ne vais plus manger chez des amis avec mes parents, ça change beaucoup la vie de d’habitude. »

Visiblement on va connaître un troisième confinement, ça risque d’être plus difficile encore, alors je vous souhaite bonne chance !

écrit par Sasha

Sources : lexpress

Rumeur VS Information !

Apparemment, tout le collège va se faire tester pour savoir si on est positif au Covid ! Si, si, ce sont des copains qui me l’ont dit ! Comment savoir si c’est une vraie information ? Et les Fake news ? Et les théories du complot ? Le point dans cet article.

Théorie du complot, un danger à déjouer. Source de l’image : Université d eToulon

Je vais vous expliquer ce que c’est une rumeur ou une information.

Sur le dictionnaire Robert, on nous dit qu’une rumeur est une nouvelle de source incontrôlée qui se répand. Alors qu’une information est une nouvelle vérifiée, qu’on peut trouver dans un journal écrit par un journaliste de presse, ou une nouvelle qui est validée par une personne compétente et qui détient elle-même l’information.

Dans la cas de la nouvelle que j’ai citée plus haut, on ne sait pas si cette nouvelle est vraie ou fausse, il faut attendre que notre Principal nous le dise. Tant que ce sont les copains qui le répètent sans preuve, on ne peut pas y croire.

De manière plus générale, on peut vérifier la fiabilité d’une information en allant sur des sites dont la fiabilité est prouvée, comme les journaux en ligne ou imprimés, parce que les journalistes doivent respecter la vérité et vérifier leurs sources (c’est leur métier),  ou sur des sites gouvernementaux ou des sites officiels (celui du collège par exemple).

Et  les Fake news ?

Une Fake news désigne une fausse information, qui profite le plus souvent d’une large diffusion dans les médias, surtout sur Internet et les réseaux.  Les Fake news ne sont parfois que des canulars pour faire rire et parfois des tentatives de désinformation. Ne croyez pas tout sur les réseaux sociaux et sur Internet !

Et les théories du complot ?

C’est bien de s’interroger, mais les théories complot sèment le doute partout de manière exagérée. Certains complotistes disent par exemple que la terre est plate ou encore que les attentats du 11 septembre 2001 n’ont pas eu lieu. Les discours complotistes nuisent à l’information. Les thèses complotistes expliquent les évènements par une cause unique : des personnages maléfiques, avides de pouvoir, qui veulent tout contrôler en élaborant des conspirations dans l’ombre. Une théorie du complot, finalement,c’est une histoire simpliste. 

Quel est leur objectif ? D’un complotiste à l’autre, cela peut être pour des raisons très différentes qu’on adhère à une théorie du complot. Ça peut donner l’impression de faire partie d’un club qui possède la vérité, d’être plus intelligent que les autres. Pour certains c’est un moyen de gagner de l’audience ou de l’argent. Pour d’autres, c’est l’occasion de diffuser des idée racistes. Oui, car les théories du complot ciblent souvent des minorités ethniques ou religieuses comme les Juifs, les Roms, les musulmans, les homosexuels… Elles en font des boucs émissaires, c’est-à-dire des gens qu’on accuse de choses graves sans avoir la moindre preuve et qui sont en général innocents.

Comment les démolir ?  Et bien la recherche d’information est le meilleur remède au complotisme !!!

Un exemple pour bien comprendre : La théorie du complot concernant le Covid

Certains complotistes disent que c’est une épidémie imaginaire. Ils disent par exemple :  « Les hôpitaux sont vides ! »  Ou encore « Les morts dont parle la télé ? Ils ont dû mourir d’autre chose ! » Ou encore : « On nous ment pour nous obliger à accepter des choses incroyables ».

Pourquoi ce n’est pas crédible? Les victimes du Covid ne croyaient pas tous à cette maladie, mais certains en sont quand même morts. Et même des personnes importantes ont pu sous-estimer ce virus, comme le premier ministre britannique Boris Johnson. Sauf qu’il est tombé malade et a dû être hospitalisé. A partir de là, il a pris tout ça au sérieux ! Et on voit mal comment tous les pays du monde inventeraient un virus pareil et feraient autant de dégâts économiques pour le plaisir !

Il faut dire que ne pas y croire, ça rassure ! Et ça a ses avantages : Pas besoin de se protéger, ni de mettre de masque, pas d’inquiétudes à avoir.  Mais vous vous mettrez en danger ainsi que les autres.

Et si vous faites des recherches sérieuses, comme aller vérifier ce qui se passe dans les hôpitaux, alors vous ne pourrez plus croire à un complot.

Conclusion : Il faut toujours chercher et vérifier les sources  d’une information par rapport à ce que vous pouvez entendre ou voir. Et il ne faut pas tout croire non plus, faites marcher votre cerveau ! 

Sources : Dictionnaire le Robert. Magazine Okapi n° 1126 du 15 janvier 2021.

Un jour une question : information

rumeur : https://youtu.be/zNh7qbwT3Cw

De Krysta

Je ne vous félicite pas !

Cette semaine ce sont les conseils de classe de tout le premier semestre qui se terminent. Comment se passent -ils ? Et quels sont leurs objectifs ? 

source image : lewebpedagogique

Déjà c’est quoi un conseil de classe : c’est une réunion où certains professeurs (dont le professeur principal), les délégués, les parents délégués, un chef d’établissement et un CPE se rassemblent pour faire un point sur le semestre venant de s’écouler. Les professeurs parlent de la classe, de son ambiance, de la qualité de l’écoute, du travail, de la concentration puis des élèves individuellement à tour de rôle. Les délégués prennent des notes. L’objectif, en clair, c’est de faire un bilan de la classe en général et des élèves en particulier.

J’ai interrogé M. Bérujeau, un professeur principal, pour avoir un avis  de professionnel !

Eugène.com : A quoi servent les conseils de classe ?

M. Bérujeau : Ils servent à faire un bilan de la classe et des élèves individuellement et à décider des orientations des élèves.

Eugène.com : En quoi peuvent-ils faire avancer la classe ?

M. Bérujeau : Nous discutons des solutions possibles pour résoudre les problèmes, les élèves et leurs familles peuvent être vus par la suite lors d’un rendez-vous.

Eugène.com : Certain élèves ont peur du conseil de classe. Ont-ils raison ?

M.Bérujeau : Non ils n’ont pas à avoir peur du conseil… à part si ils ont quelque chose à se reprocher !

Attention ! Ce n’est pas une petite erreur qui vas faire changer l’avis du Conseil sur vous ! Une note moins bonne que les autres ou une petite parole de travers et involontaire ne changera pas la face du monde ! Le conseil de classe est bienveillant et cherche à trouver la meilleure solution pour l’élève. La proposition d’un redoublement n’est jamais considérée comme une sanction mais plutôt comme une deuxième chance.

Et au conseil du premier semestre, rien n’est joué. Alors à vous de donner le meilleur de vous-même !

Pauline

Afficher les mentions légales | Conditions générales d'utilisation | Aide à la rédaction du registre de traitement
Nom et adresse de l’établissement scolaire
Collège Eugène Freyssinet 19 130 Objat
Nom du directeur de la publication
Christian Pouzet
Nom du responsable de la rédaction
Delphine Marrou
Nom et adresse du fournisseur d’hébergement
OVH 2 rue Kellermann – 59100 Roubaix