POLY, une amitié entre un poney et une fillette

Je vais  vous  parler de la  célèbre histoire de POLY ce petit poney shetland, le héros du dernier film de Nicolas Vanier, qui devait sortir en décembre mais a été stoppé par ce fichu Covid !

Source image : filmstarts

Le film n’est pas sorti, mais le livre du film, si ! Et je l’ai eu à Noël, je l’ai adoré, ça m’a vraiment donné envie de voir le film.

L’auteur original de cette histoire est en fait Cécile Aubry, une écrivaine pour la jeunesse qui a écrit une cinquantaine de livres pour enfants, dont la série Poly et Belle et Sébastien qu’elle a ensuite porté à l’écran au début des années 1960.

Le film de Nicolas Vanier reprend cette histoire mais différemment  puisque le personnage principal n’est plus un garçon mais une fille :

Cécile,  une fillette  de 10 ans vient s’ installer avec sa mère Louise,  à Beaucastel  dans les  Cévennes. Sa mère  infirmière remplace  le docteur du village et elle devient  amie avec la boulangère du village. Cécile  pendant ce temps essaye de se faire des amis  mais a du mal. Soudain , le cirque POLY  vient s’installer à Beaucastel  et Cécile  fait  la connaissance  de POLY,  un poney maltraité  par le directeur du cirque Brancalou. Elle va tout faire pour le sauver !!

Je conseille ce film et ce livre à tous ceux qui aiment les animaux et en particulier les chevaux.

sources : filmstarts.et Article Wikipedia sur Cécile Aubry

Article d’Emma

CPE, un métier qui s’apprend !

Comment   devenir CPE au collège  ? Une nouvelle CPE stagiaire vient d’arriver cette année, Mme Ruiz.  Elle apprend le métier ! Nous l’avons interrogée et nous allons vous expliquer comment ça se passe.

Mme Ruiz. Photo Eugène.com

Mme Ruiz est cette cette année CPE stagiaire au collège d’Objat. Elle vient plusieurs jours par semaine sur le terrain pour apprendre le métier, elle est aussi au collège Jean Moulin à Brive et a également des cours à Limoges.  L’an prochain, si elle a son concours, elle deviendra officiellement CPE.

Les conseillers principaux d’éducation participent aux activités éducatives d’un collège ou d’un lycée sans donner de cours. Ils travaillent sous la responsabilité du chef d’établissement.Les CPE doivent permettre aux élèves de travailler dans les meilleures conditions possibles pour leur scolarité. Un CPE s’occupe de plusieurs choses, comme le fonctionnement de l’établissement, la collaboration avec le personnel enseignant et l’animation éducative.

Voici notre interview.

Eugène.com : Quelles sont vos ambitions en voulant devenir CPE ?

Mme Ruiz  : En travaillant avec les différents acteurs ( profs, personnel de direction, personnel administratif, surveillants…) c’est de pouvoir favoriser une bonne entente entre les élèves et les adultes et aussi être à l’écoute de leurs besoins et  de leurs difficultés !

Eugène.com: Est-ce que  c’est difficile de le devenir ?

Mme Ruiz : Ce qui est difficile c’est de passer le concours parce qu ‘ il n’y a pas beaucoup de places et beaucoup de candidats.

Eugène.com: Combien de temps dure  la formation ?

Mme Ruiz :  La formation dure deux ans après avoir eu une licence ( 5 ans études )

Eugène.com : Qu’est ce qui  vous plait le plus au collège ?

Mme Ruiz : Ce qui me plaît le plus,  c’est le nombre d’activités et d’ateliers  proposés  aux élèves et l’implication du personnel.

Eugène.com:  Ce métier est-il  difficile ?

Mme Ruiz : C’est un métier complexe car il est au carrefour des professeurs, des élèves et des parents et du personnel  administratif et de restauration.

Eugène.com : merci de nous avoir accordé du temps !

Sources missions du CPE: education.gouv

Article  de Elsa, Camille, Mathys, Emma.

Un Noël 2020 par temps de covid-19

Vous le savez l’année 2020 a été très spéciale, encore plus en temps de fêtes ! J’ai interrogé des personnes sur leur Noël.

Noël par temps de covid. Source image : lematin.ch

Avant les fêtes, comme le virus était en train de reprendre des forces et de contaminer de plus en plus de gens,  le gouvernement avait décrété que ce Noël serait spécial : pas plus de six personnes adultes à table pour les fêtes, couvre-feu levé pour Noël mais pas pour le dernier jour de l’année. Un peu triste comme idée…

J’ai donc demandé à certains élèves de me dire comment s’était passé leur Noël et s’ils avaient respecté le nombre maximum de 6 personnes, si cela avait été joyeux quand même. Voilà leurs témoignages.

Emma : Ca c’est bien passé même si se n’était pas comme avant. Alors pour le réveillon il n’y avait que mes parents et moi, on a quand même fait une jolie table, mangé un bon repas, pareil le lendemain. Mais le samedi je suis quand même allée chez ma grand-mère et il y avait aussi ma cousine.

Camille: Oui j’ai respecté le nombre de personnes. Mais nous sommes quand même allés à Paris fêter Noël chez mes oncles.

Elsa: Oui nous étions seulement 6, le Noël était  assez bizarre, et il n’y avait pas la place pour inviter toute la famille.

Olivia : Ca a été compliqué, on a dû faire plusieurs Noëls, en voyant seulement quelques personnes à chaque fois.

Mathys : J’ai fêté Noël avec ma famille et on a gardé le masque, mais c’était énervant et on avait tous chaud !

En conclusion, ces témoignages montrent que le nombres de convives a été respecté de manière générale, et même si on n’était pas nombreux, être en famille, c’est déjà bien.

Article de Louane

Bientôt de nouveau libres ? Le vaccin en question

Deux nouveaux vaccins contre le covid ont été créés mais encore beaucoup de personnes ne sont pas  pour ce vaccin. Pourquoi ? N’avons nous pas tous hâte d’être à nouveau libres ?

Vaccin ou pas vaccin ? Source image : Sud Ouest

Lundi 11 janvier, à 21 heures, un communiqué de la direction générale de la santé a précisé que « depuis le début de la vaccination en France le 26 décembre 2020, 138 351 personnes [avaient]  été vaccinées ». Et au 18 janvier, 479.873 personnes ont reçu au moins une première dose de vaccin. Et vous, comptez-vous vous faire vacciner?

Pour se faire un avis, il faut être informé.  D’abord, un vaccin, comment ça fonctionne ?

Le site vaccination info service.fr nous explique le fonctionnement d’un vaccin classique : « Lorsque nous rencontrons un microbe et tombons malade, notre système immunitaire se défend en fabricant des anticorps, destinés à neutraliser et éliminer ce microbe. La vaccination fonctionne de la même manière, tout en évitant les dangers liés à la maladie. Lorsque nous recevons un vaccin, un microbe rendu inoffensif est introduit dans notre corps. Il ne nous rend pas malade, mais notre système immunitaire fabrique quand même des anticorps pour le neutraliser et l’éliminer. Si nous rencontrons un jour le vrai microbe, notre système immunitaire le reconnaitra tout de suite et l’éliminera avant qu’il ne puisse nous rendre malade.

Mais aujourd’hui, seuls les vaccins à ARN Messagers sont disponibles, les classiques arriveront plus tard.

Dans le journal, Ouest France, on nous explique que le vaccin Moderna, tout comme le Pfizer, « sont différents d’un vaccin contre la grippe ». Ces nouveaux vaccins sont fondés « sur la technologie de l’ARN Messager ».  Mais concrètement, comment ça marche ? « Des instructions génétiques pénètrent directement les cellules humaines, qu’elles reprogramment pour qu’elles fabriquent elles-mêmes un antigène du coronavirus… afin de déclencher une réponse du système immunitaire ».

Les inquiétudes des Contre

Le ministre de la Solidarité maintient  que « les vaccins, ça marche, ça a sauvé des centaines de millions de vies ». Mais tout le monde n’est pas d’accord avec cela ; parmi les arguments, certains avancent que les vaccins peuvent provoquer des maladies rares ou encore que les effets secondaires sont nombreux, sous-estimés et mal connus, que l’aluminium contenu dans les vaccins est nocif.

Les arguments des Pour

Concernant les vaccins à ARN Messager, on peut lire que les dangers ne sont pas réels : « A priori cette technique n’est pas dangereuse. À aucun moment le virus SARS-CoV-2, même inactivé, n’est injecté. Et cet ARN messager ne peut pas s’intégrer dans notre génome » peut-on lire dans Ouest France.

Concernant les inquiétudes d’une trop grande rapidité d’élaboration de ce nouveau vaccin, le conseiller scientifique François Renaud explique que c’est normal pour plusieurs raisons :  il n’y a pas besoin de multiplier le virus dans des œufs ou dans des cultures cellulaires qui mettent longtemps à se développer ; ni besoin d’extraire et de purifier les virus cultivés avec toutes les précautions requises pour ne pas laisser de produits potentiellement toxiques ; ni de besoin de les inactiver ou de les traiter pour en isoler la protéine S. Et que beaucoup d’argent a été investi sur une période très courte.

Concernant la dangerosité de l’aluminium, cette inquiétude a été démentie par le Haut Conseil de la santé publique, qui a estimé en 2013 que « les données scientifiques disponibles à ce jour ne permettent pas de remettre en cause la sécurité des vaccins contenant de l’aluminium ». Par contre, l’aluminium serait l’adjuvant le plus efficace pour stimuler la production des anticorps, et donc une réponse immunitaire.

Avec ces informations, on vous laisse vous faire votre propre opinion. Vous pouvez nous la donner dans vos commentaires !

Sources d’information: https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus

Ouest France / Franceinfo / vaccination-info-service.fr / ouvry / francetvinfo / LCI / 

Sortiraparis

Article de Clémentine

Etiez-vous une « Petite miss » ?

Nous allons vous présenter un livre beaucoup lu en  2019 , Petite Miss, nous pouvons l’emprunter  au C.D.I d’Objat !

Le livre Petite miss. Source image : fnac.com

Ce livre est écrit par Momo Géraud et Juliette Laude. C’est l’histoire d’une petite fille, qui adore se maquiller et faire des défilés de mode devant tous ses doudous chaque soir après l’école. Un jour, sa tatie lui  propose de faire un concours de mode ! Sa mère n’était pas trop d’accord  au début, mais elle a dit oui.  Par contre son grand-père, lui, ne va pas du tout être d’accord pour qu’elle aille à ce concours !

Son grand-père va t’il l’empêcher d’y aller ?  Va-t-elle aller à ce fameux concours ? Va-t-elle gagner ce concours ?  Va-t-elle avoir des problèmes ?

L’avis de Maelly  : j’ai bien aimé ce livre, il m’a appris des choses ! Il m’a appris que se maquiller trop  jeune et s’habiller avec des vêtements trop sexy quand on est petit n’est pas bien, ont peut avoir des ennuis parce qu’on renvoie une image trop adulte,  on n’en maîtrise pas les conséquences.   Je note ce livre 5 étoiles !

L’avis de Paoline : J’ai bien aimé ce livre, il est intéressant car il m’a appris qu’il ne faut  pas se maquiller  trop jeune même si quand on est petit  on a souvent envie de ressembler à notre maman ou à notre grande sœur parce qu’on la trouve  très belle.

Article créé par Maelly et Paoline

On vous souhaite une meilleure année !

Je vous souhaite à tous une meilleure année en 2021 parce que l’ année précédente n’ a pas été facile pour tout le monde. 

Retrouver la piscine ! Source image : le JSL

On aimerait retrouver des choses importantes :

Retrouver l’ambiance d’un concert où tout le monde chante ensemble

Revivre le plaisir de monter sur un manège qui tourne à la fête foraine

Redécouvrir un bon film au cinéma

S’amuser et rire à la piscine

Se régaler au restaurant avec ses parents

Inviter plein de copains à la maison pour une soirée pyjama

Fouiller pour trouver des objets rares dans une brocante

Voyager dans un pays lointain

Et tout ça, ce sera possible quand le virus sera mort ! Alors vive la mort du virus ! On veut de la liberté !

Article de Mathys

Family link, des parents rassurés, des ados sur les nerfs !

Aujourd’hui je vais vous présenter une appli de contrôle parental qui sert bien aux parents, Family Link, que j’expérimente chaque jour !

Source image : mes enfants et les écrans

Tout d’abord, je vais vous expliquer pourquoi le contrôle parental est nécessaire aujourd’hui  (et là j’adopte le point de vue des parents !):  Aujourd’hui, les enfants sont souvent équipés d’un téléphone très jeunes, en moyenne à 11 ans ;  cela est très pratique, mais il se cache pleins de dangers derrière les écrans des smartphones ! Les enfants et les ados ont des moyens très pratiques pour communiquer à tout moment avec d’autres personnes inconnues, et inversement.

Source image : google play

On ne sait pas toujours qui est derrière un pseudo.  Il y a aussi  un risque  de Cyber-escroquerie,  de vols de données privées,  de harcèlement sur les réseaux sociaux,  et bien sûr un risque de tomber sur des contenus inappropriés, par exemple des sites pornographiques.  Et le risque aussi, c’est de passer un temps très très très long devant son téléphone : certains ados, même très jeunes, y passent une partie de leur nuit !

Tout cela est très dangereux et cela peut amener à des conséquences dramatiques !

Sur Family link, les parents peuvent  définir un temps d’utilisation sur le téléphone, par exemple 2 heures sur la journée, ou alors on peut aussi bloquer des applications ou en contrôler le temps d’utilisation, par exemple « 1h30 définie sur Messenger ». Le soir,  on a un message qui nous indique que c’est terminé : Un écran noir se fait et on nous prévient « Il est l’heure d’aller au lit ! ». Plus rien ne fonctionne jusqu’à l’heure de déblocage. Pour moi, c’est 20h 30 / 7h.

Certains sites sont bloqués et on ne peut tout simplement pas y accéder. C’est pour éviter d’aller sur des sites qui ne sont pas de notre âge.

Family Link est un contrôle parental pour les enfants de moins de 13 ans. Pour convaincre vos parents d’avoir ENFIN un téléphone, vous pouvez leur parler de cette application ! Même si on peut le regretter par la suite, parce que je peux vous le dire, c’est franchement pénible !!!

Sources : les numeriques

Article de Maëlly

Tous à la médiathèque d’Objat !

La médiathèque d’Objat à ré-ouvert ses portes après le confinement le 18 mai 2020 puis a dû refermer quelques semaines  pour le second confinement, mais maintenant elle est de nouveau ouverte. Profitons de cette ré-ouverture pour vous la présenter et vous inciter à la fréquenter. Alors que tout est fermé, c’est un des rares lieux ouverts !!!

Source image : site de la médiathèque d’Objat

Où ça se trouve ?

La médiathèque est derrière le mairie d’Objat.  On peut y aller facilement à pied ou en voiture puisqu’il y a un parking juste devant. Elle est ouverte tous les jours sauf le dimanche, à des horaires qui varient.

Qu’est-ce qu’on y trouve ?

Il y a plusieurs genres de livres à la médiathèque pour les adultes mais aussi pour les jeunes : des  mangas, des romans, des bandes-dessinées, des albums, des contes et des magazines. Il y a aussi un accès Internet gratuit. Et on trouve aussi de la musique et des films.

En tout, ce sont 11 000 ouvrages à disposition du public.

Source : site d’Objat

Qu’est-ce qu’on y fait ?

La médiathèque est un lieu public où tout le monde peut aller. C’est un lieu  calme où on peut travailler, lire, s’informer. La médiathèque organise aussi des activités littéraires, comme le café-lecture pour les adultes ou les ateliers créatifs pour les enfants, et participe au salon du livre jeunesse Obj’adore lire.

Quel avantage à y aller quand on est collégien ?

On peut aller faire ses devoirs dans le calme sans être dérangé. Et quand on s’ennuie on peut aller lire une BD ou un magazine.

En temps de Covid :

Le nombre de personnes est limité à cause de la covid-19. Comme partout, il faut porter le masque et se nettoyer les mains avec du gel hydroalcoolique en entrant pour pouvoir toucher les livres. Et si vous vous ennuyez allez à la médiathèque !

Je vais vous donner le numéro de téléphone de la médiathèque si vous voulez plus de renseignements : 05-55-25-26-77.

Source: Médiathèque

Article de Krysta

Le septième continent, une terre de plastique

Le 7ième continent… On en entend souvent parler mais savez-vous ce que c’est ? Causes, conséquences, solutions : les réponses sont à vous ! 

https://fr.oceancampus.eu/cours/P2Y/le-7eme-continent

Le septième continent n’est pas un continent à proprement parler et il n’y en a pas un seul à vrai dire.  Il est formé de milliers de bouts de plastique petits et grands. Un petit continent se nomme une gyre et se forme à cause des courants qui forment des vortex pour rassembler le plastique. Mais ne croyez pas qu’il n’y en a que dans ces gyres ! Du plastique, il y en a partout !

D’abord, où ça ce situe : comme je viens de le dire, à plusieurs endroits. Au nord de l’océan pacifique (c’est le plus gros), au sud du Pacifique, au nord de l’Atlantique, au sud de l’Atlantique, et dans l’océan indien. C’est pour ça que le terme au singulier est trompeur.

Le « continent plastique » occupe, selon TV5.monde, 16 millions de km² (et encore c’est juste celui de nord Pacifique). Il y a 300 000 000 de  tonnes de plastique dans l’océan, 10 000 000 de tonnes sont déversées par an. Ils forment de géants vortex à cause des courants qui se nomment « gyres océaniques ».

Causes :

Pourquoi autant de plastique dans les océans ? Il y a des containers tombés des bateaux, mais aussi des déchets plastiques issus des endroits habités, comme des bouchons et leurs bouteilles,  des sacs plastiques et des flacons, des mégots de cigarettes et des films synthétiques, des morceaux de polystyrène et même de l’électroménager !

Et là plupart du temps, c’est dur à croire mais le chemin commence dans nos jardins, regardez : prenons un emballage plastique, nous l’avons laissé traîner dans notre jardin, le vent l’emporte et il vole, il vole, il vole jusqu’à trouver un cour d’eau et il se pose, de là, il glisse, il glisse, il en trouve d’autres qui ont fait le même chemin et qui se retrouvent à glisser, de là il est rejeté dans la mer et après, dans les océans.

Petit rappel : En cette période de pandémie c’est la même chose avec les masques !  Alors jetez-les dans les poubelles pour éviter de contaminer un pauvre oiseau qui n’a rien demandé en essayant de le manger et qui ne manquera pas de s’étouffer, ou bien qu’il finisse dans un cours d’eau.

Conséquences :

une tortue en train de manger un morceau de plastique

Bon, les conséquences, on les connait déjà un peu : le plastique pollue, puisqu’il ne se dégrade pas, ou très très lentement, mais ça on la sait depuis longtemps et personne n’agit ! Juste quelques ONG .  Mais là : les poissons qui prennent cher avec nos bouteilles plastiques qu’ils avalent et nos sac plastiques avec lesquels ils s’étranglent. Ils meurent comme ça ! Et peu de personnes agissent ! Et puis, entre nous, c’est pas très très joli ces amas de déchets sur lesquels on pourrait presque marcher !

Solutions :

Arrêtons d’acheter des sacs plastiques et utilisons des sacs réutilisables. Quand notre eau du robinet est bonne et buvable, pas la peine d’acheter des bouteilles plastiques ou sinon recyclons-les ( il existe aussi des filtres pour rendre l’eau de notre robinet potable) ! Quand aux bouchons, nous pouvons les donner à une association qui se nomme les Bouchons d’Amour en les déposant  dans des points de collecte (qui sont de temps en temps dans notre supermarché), en Corrèze par exemple, c’est à Vignols.

Le plastique reste utile. A nous de devenir éco-responsables

Il y a beaucoup plus de plastique jetable que de plastique réutilisable dans les océans ! Il faut quand même protéger une part du plastique comme le PVC qui nous sert à beaucoup de choses, par exemple à apporter de l’eau par les gros tuyaux gris que vous avez certainement déjà vus ; le synthétique nous habille souvent, même si il y a de la laine ou du coton dedans (bon, il n’est pas très écologique car il laisse quand même des micros particules qui se déversent dans l’eau des lave-linges qui sont déversés dans la mer après).  Nos stylos sont fait en plastique, nos frigos, fours, micro-ondes, robots de cuisine, grille-pain, lave-linge, lave-vaisselle, bref la plupart de nos appareils électro-ménagers qui nous servent au quotidien. La question est de les faire durer, de les réparer plutôt que les changer. Et quand c’est irréparable, éviter d’acheter de nouveaux produits en plastique si des alternatives existent.

Pour finir, réfléchissons en chansons :

Voici deux chansons pour vous faire réfléchir tout en vous amusant !

Il est où le SAV, de l’artiste Suzanne dont le clip a été tourné au milieu d’une décharge à ciel ouvert près de Dakar !

Monsieur tout le monde, d’Aldebert, une chanson assez pédagogique destinée aux enfants qui nous ouvre les yeux.

Sources des informations pour cet article : tv5.monde, les bouchons d’amour, initiative.fr avec Jamy, 2 minute tout compris : pollution plastique,

Article de Pauline

Être ou ne pas être… végétarien ou végétalien

Être ou ne pas être végétarien, telle est la question ! Je vais tenter de vous informer sur les avantages à le devenir, mais aussi les arguments des défenseurs d’une alimentation carnivore ! N’hésitez pas : croquez cet article à pleines dents !

Un livre à lire pour réfléchir. Image fnac.com

Commençons par le commencement : qu’est-ce que le végétarisme et le végétalisme?

D’après Wikipedia, le végétarisme est une pratique alimentaire qui exclut la consommation de chair animale. Ca consiste à consommer des végétaux, des champignons et tout ce qui vient de l’animal comme les œufs, le lait ainsi que les produits laitiers (fromages, beurre, yaourts etc…).

Par contre, le végétalisme est une pratique alimentaire excluant tous les produits animaux, aussi bien issus d’animaux morts, que ce soit viande, poisson, coquillages, que d’animaux vivants , c’est-à-dire tous les produits issus de l’animal (oeufs, lait etc…), On parle de « végétalisme intégral » ou « véganisme » pour parler du refus de toute consommation de produits d’origine animale : les végans refusent de porter de la laine, du cuir, du duvet mais refusent aussi d’utiliser tous les produits qui contiennent des produits animaux , dans les produits d’hygiène par exemple.

Les arguments du pour et du contre

Pour avoir un point de vue construit, j’ai lu un livre nommé : « Faut-il arrêter de manger de la viande?  » Deux personnes échangent leurs idées dans ce livre : Réné Laporte qui est ingénieur agronome et qui travaille dans le secteur de l’agriculture, et Elodie Vieille-Blanchard qui est présidente de l’association végétarienne de France.

René Laporte pense que l’homme se nourrit à 19 % de viande et sachant que la population augmente il faudrait selon lui également augmenter la production. Il considère aussi que la viande est un aliment que les humains consomment depuis très longtemps puisque les hommes préhistoriques ont commencé à grandir et leur cerveau à commencé à grossir lorsqu’ils ont commencé à se nourrir de viande.

Il dit que la viande est universelle et que 90 % des humains la consomment, peu importe leur culture ; donc la viande serait bonne pour l’homme.

Elodie Vieille-Blanchard pense que devenir végétarien est un vrai choix et un engagement. On nous dit que le lait et la viande sont bons pour la santé, mais ne serait-ce pas la voix des lobbies qui ont tout intérêt à ce qu’on en consomme parce que ça fait gagner de l’argent ?

Elle nous dit que la consommation de viande a un impact écologique dramatique. Le tiers des surfaces cultivées est destiné à la nourriture des animaux qu’on mange. Alors que si on produisait ces cultures pour nourrir directement les humains, cela suffirait amplement à toute la planète. Cet élevage intensif augmente la déforestation, appauvrit la planète en eau et pollue énormément à cause des transports d’animaux qui sont exportés partout dans le monde.

Par rapport aux bienfaits d’un régime sans viande, elle nous dit qu’une alimentation végétarienne est suffisante pour qu’on soit en bonne santé, il suffit de manger des protéines, et les protéines végétales valent totalement les protéines animales. Aucune carence n’existerait si on fait attention à consommer des aliments complets, des fruits secs, des oléagineux, des légumineuses (lentilles, pois chiches etc…).

Et l’alimentation végétarienne est un délice quand on fait l’effort de cuisiner différemment. A Paris certains restaurants proposent des cartes 100% végétariennes et pour elle il est donc tout à fait facile et agréable d’adopter un mode de vie végétarien ou végétalien lorsque l’on vit à Paris (moins en province, c’est vrai). Elle dit qu’en devenant végétarien, on aide à la  préservation  des écosystèmes et de sa santé et que ce sont deux bonnes raisons de le devenir. Cependant nous ne sommes pas obligés de devenir végétarien ou végane puisque, pour elle, réduire sensiblement sa consommation de produits animaux est déjà une action efficace sur le plan de l’écologie et de la santé. Elle nous parle également des élevages et des êtres intelligents sensibles et doués que seraient les animaux ; il nous suffit de penser que notre animal domestique pourrait être à la place de cochons ou  de volailles de batterie pour se faire une idée et être dans l’empathie…  Pour elle les animaux d’élevage sont tous aussi intelligents que des animaux domestiques car ils sont capables de ressentir des émotions et d’avoir les capacités d’avoir une personnalité, comme les animaux domestiques et comme nous les êtres humains. Sa conclusion : « En tant  qu’individus je crois qu’il est de notre devoir moral de cesser l’exploitation. »

Alors ?  Plutôt carnivore ou tenté par le végétarisme ? A vous de vous faire votre propre idée mais essayons quand même d’ouvrir notre esprit critique et notre réflexion !

Article écrit par Emma.

Sources : Wikipedia. Livre : Faut-il arrêter de manger de la viande ? Editions du Muscadier, 2014.

Afficher les mentions légales | Conditions générales d'utilisation | Aide à la rédaction du registre de traitement
Nom et adresse de l’établissement scolaire
Collège Eugène Freyssinet 19 130 Objat
Nom du directeur de la publication
Christian Pouzet
Nom du responsable de la rédaction
Delphine Marrou
Nom et adresse du fournisseur d’hébergement
OVH 2 rue Kellermann – 59100 Roubaix