Embrassez votre amoureux, c’est la St Valentin !

Aujourd’hui, on est le 14 février. Comme tous les ans, ce jour-là, on fête la st Valentin !  Beaucoup  d’achats sont faits et beaucoup de cadeaux sont échangés. Certains les fabriquent eux-même !

Free picture (Heart for Valentine) from https://torange.biz/heart-valentine-17502

Histoire de cette fête

Depuis quand  est-ce la fête des amoureux ?

La Saint Valentin est une fête traditionnelle des pays anglo-saxons, et en France, c’est surtout depuis les années 80 qu’on la fête. Pour en  retrouver l’origine, il faut remonter à l’époque des Romains. Ils sacrifiaient des boucs pour rendre les femmes fertiles (pour qu’elles aient des bébés !).

En Angleterre, les amis échangent aussi des petits mots d’amitié en s’écrivant des cartes de st Valentin. Mais en France, c’est uniquement pour les amoureux. Les adultes vont au restaurant, s’offrent des bijoux, des bouquets de fleurs. Cela peut aussi être l’occasion d’une demande en mariage !

Idées cadeaux… quand on est au collège

La Fête de la Saint Valentin est la fête des amoureux mais aussi une fête commerciale.  Beaucoup d’achats sont faits pour offrir quelque chose à son amoureux ou à son amoureuse.

Voici quelques idées à offrir à son amoureux/se au collège, sans se ruiner : du chocolat, des boîtes en forme de coeur, une rose, des bonbons.

Et on peut aussi offrir quelque chose qui ne coûte rien : des mots d’amour, un poème ou une chanson. Creusez-vous la tête !

Sources : Futura santé /Tête à modeler

Ecrit par Célia et Emmie .

Merci

Be smart, wear a uniform !

Le jeudi 20 février 2020  les professeurs d’anglais organisent une journée britannique au collège !

©Mme Roubertie

Au Royaume-Uni, dans  90% des établissements,  l’uniforme est porté, par les filles comme les garçons.

L’uniforme est généralement imposé en primaire jusqu’à la fin du collège quand on passe le GCSE (le General Certificate of Secundary Education, l’équivalent du brevet des collèges).

Donc, porter un uniforme, c’est très anglais !

Et jeudi prochain, on va faire comme les Anglais : partout dans le collège, des affiches annoncent qu’il faut porter un uniforme. Cela consiste a s’habiller avec  des chaussures noires ou foncées, un pantalon noir ou foncé pour les garçons et les filles,  qui pourront aussi porter, si elles veulent, une jupe noire avec des collants noirs. Et si possible, il faut une cravate !

Même les profs et les surveillants sont invités à se mettre en uniforme !

Image trouvée sur le blog « Sur la route ».(https://blog.laroutedeslangues.com/un-guide-de-l-uniforme-scolaire/)

On aura la possibilité de se faire prendre en photo au foyer avec ses copains ou avec sa classe ! On pense que ça va être drôle !

Il y aura une récompense pour la classe qui aura le plus joué le jeu alors soyez nombreux à vous habiller en Anglais ou en Anglaise  ! Jeudi 20 février, soyez en uniforme !

Pour vous, on fera une petite photo de journalistes à l’anglaise !

Sources : Mon uniforme scolaire / French morning

Ecrit par Loane et Amel

Billet d’humeur : les élèves à cran !

Comme vous le savez, les élèves de 3e du collège, ont effectué leur stage d’observation du 14 au 17 octobre 2019 dans l’entreprise de leur choix. Vous pouvez consulter l’article de Lucas à ce sujet. On nous avait annoncé un passage à l’oral pour le présenter. Et bien, finalement, NON.

Source image : Interactif-le Temps.

En effet, un oral était prévu afin de présenter notre stage. Les professeurs principaux nous avaient bien tout expliqué : il fallait présenter ce qu’il nous avait apporté pour notre projet professionnel mais c’était aussi une forme d’entraînement utile pour l’oral du brevet. On nous avait brieffés, encouragés, sermonés… Alors la plupart des élèves de 3e avaient commencé à préparer leur oral de stage et certains l’avaient même terminé, ce qui était mon cas. Parce qu’il était question de passer cet oral en même temps que le brevet blanc.

Mais le vendredi 31 janvier, après des semaines de questions venant de notre part au sujet de la date de ce fameux oral, on nous a annoncés qu’il n’y avait plus d’oral de stage… mais sans en expliquer la raison !

De nombreux élèves ont été très mécontents de cette annulation annoncée à la dernière minute. Caroline fulmine : « Cette annulation de l’oral de stage illustre parfaitement  le manque d’organisation dans le collège. » Emma s’énerve : « Il ne fallait pas nous dire qu’on aurait un oral de stage avant d’avoir trouvé comment l’organiser. » Grace voit rouge : « J’aurais pu approfondir mes révisions pour le brevet blanc au lieu de faire mon oral de stage. Cela m’a fait perdre du temps ! »

On sait que cela doit être compliqué à organiser, mais la prochaine fois, chers adultes, soyez plus prévoyants ! Car, contrairement à ce qu’on peut penser des élèves, on TRAVAILLE !

Article d’Elise.

A la découverte d’un métier : Transporteur Exceptionnel !

Aujourd’hui, j’ai eu l’idée de vous faire découvrir un métier qui est un peu exceptionnel, c’est le cas de le dire !  Pour cela,  je me suis rendu dans une entreprise dont je connais bien le patron, Sébastien, pour lui poser quelques questions sur cette activité.

©Sintex tp

Sa société, Sintex, est implantée à Nanteuil Auriac de Bourzac en Dordogne, aux portes de la Charente, à environ 40kms d’Angoulême.  » Le nom, SINTEX, c’est tout simplement les Initiales de : Société Internationale  de Transports Express !  »  m’a expliqué Sébastien.

Cette entreprise n’est pas récente, m’a précisé le patron :  « Avant SINTEX, j’étais associé avec une personne au sein d’une entreprise de Tourisme qui s’appelait  » Millenium Tourisme » Lorsque les demandes de transport touristique se sont faites rares dans ce secteur, j’ai décidé  de diversifier l’entreprise et de racheter les parts de mon associé ». C »est ainsi qu’en 2004, SINTEX s’est créée sur les quelques acquis de transports de marchandise dont disposait  » Millenuim ».

L’entreprise n’a pas fait tout de suite dans le transport exceptionnel : « Nous avons commencé dans le transport et l’affrètement de colis de cuisine pour toutes sortes de magasins, puis récemment nous avons racheté les parts d’un transporteur de mobil-homes, et pour finir nous avons acquis 3 bennes pour transporter des cailloux, granulats en plus des mobil-homes ».

Donc, transport exceptionnel… de Mobil-homes. Vous savez, ces petites maisons qu’on peut louer dans les campings ! Et bien il faut aussi les transporter ! Et c’est volumineux !

« Notre rôle chez SINTEX est de faire les liaisons entre les fabricants et les campings, ou encore les campings et les particuliers …… Ou de particuliers à camping, il faut savoir que les camping qui ont acquis un certain nombre d’étoiles se doivent de remplacer leurs hébergements qui souvent sont en très bon état pour des neufs ! En réalité , dans les deux cas je suis gagnant car les campings m’appellent pour leurs livrer des mobil-homes, et les particuliers aussi m’appellent car ils achètent les mobils sortis des camping pour les installer sur des terrains privés et donc c’est à mon entreprise de faire beaucoup de liaison ! » m’a t-il dit en rigolant !

Quelles sont les  contraintes pour le transport dit « exceptionnel » ? Sébastien m’explique qu’il faut du matériel en plus et surtout respecter de nombreuses règles de sécurité, par rapport à la taille des convois, car cela peut créer un danger important sur les routes  : « SINTEX arrive avec ses camions et charge les mobils-home à l’aide d’un treuil et de roulettes amovibles ainsi qu’avec la force des bras pour le guidage, ensuite il faut caler et sangler le chargement »; la signalisation est capitale :  « On est obligé de présenter sur le camion  des panneaux « CONVOI EXCEPTIONNEL » et on installe  plusieurs gyrophares ».  Et il faut plus de personnes que pour un convoi normal puisque  il faut 1 chauffeur de convoi mais aussi  un 1 chauffeur pilote : « il roule en tête de convoi pour annoncer l’arrivée de ce dernier ».

Les camions prêts pour des convois exceptionnels.©Sintex tp

 

Et pour finir, Sébastien a tenu  à me parler des risques du métier de routier, des avantages et des inconvénients. « Du côté des avantages, un chauffeur a la chance de s’évader d’une vie de routine, car souvent mes gars partent pour la semaine.  Côté inconvénients, le principal reste surtout la météo, parce que mes gars roulent en convoi exceptionnel qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il fasse une chaleur de canicule. Mais c’est sûr que les risques sont importants : d’abord le risque d’accidents est augmenté…. et les accidents manuels restent fréquents, comme se blesser en sanglant ou se faire mal au dos ! C’est pour cela que j’impose a mon équipe des EPI (Equipements de Protection Individuelle ) », termine Sébastien d’un ton professionnel.

Article de Luc@s

La tempête Ciara a fait de lourds dégâts

Vous en avez très certainement déjà entendu parler mais la tempête Ciara venant par l’Océan Atlantique des États-Unis a frappé la France dimanche 09  et lundi 10 février. Elle a d’ailleurs provoqué des vents très violents et de nombreux dégâts.

Tempête Ciara. Source image : Le Parisien

En effet, la tempête Ciara a balayé le Nord de la France ce dimanche et dans la nuit, ce qui a provoqué énormément de dégâts et donc, de nombreuses interventions des pompiers. Dimanche, 42 départements du Nord de la France avaient été placés en vigilance orange par Météo France.

Dans les Hauts-de-France, le vent a atteint 140 km/h ! Des vagues de 6m de haut ont été observées en Bretagne !

Conséquences :  de nombreux foyers privés d’électricité, la suspension jusqu’à nouvel ordre des lignes France-Angleterre en ferries, des trains annulés, des arbres couchés,… Pourtant, cela n’a pas empêché certains marins de sortir en mer malgré les avertissements diffusés ! La SNSM, Société Nationale de Sauvetage en Mer, a dénoncé des comportements « inconscients ».

Après une petite accalmie, la tempête s’est dirigée vers la Corse, où, selon Météo France,  des rafales de 130 à 160 km/h étaient attendus sur Le Cap Corse et jusqu’à près de 200 km/h au plus fort de l’événement.

Des tempêtes de plus en plus nombreuses, de plus en plus violentes… Et on nous dit qu’il n’y a pas de changement climatique ?

Sources des informations : OuestFrance, 20Minutes et LCI.

Article  réalisé par Elise.

OUI ou NON, les écrans sont-ils dangereux ?

Les écrans  sont- ils dangereux pour les enfants ? Nous avons interrogé Mme Marrou notre professeur d’EMI (Education aux médias et à l’information) pour avoir les idées claires !

Les enfants de plus en plus devant les écrans ! Source image : 123RF

Eugène.com :  Que pensez-vous des écrans pour les enfants ?

Mme Marrou : Vaste question ! Je pense qu’aujourd’hui les écrans font partie de la vie de tous les enfants et de tous les ados. Contrairement à ma propre enfance où la télévision était le seul écran disponible, pour les enfants aujourd’hui il y a de multiples écrans : l’écran de la télévision est toujours présent, mais aussi celui de la tablette, celui du téléphone portable , celui des jeux vidéo…  Les écrans sont donc partout, tout le temps, et les enfants s’en servent énormément. Une étude canadienne a montré que les enfants de deux ans étaient maintenant exposés plus de deux heures par jour aux écrans, et que ce temps double presque dès l’âge de trois ans !

Eugène.com : Pensez-vous que c’est dangereux ?

Mme Marrou : Je pense que ce n’est dangereux en soi, c’est l’usage qu’on en fait qui peut l’être, associé au temps passé devant un écran ! Pour les jeunes enfants, il me semble important que les enfants soient encadrés par des adultes, non seulement sur le temps passé devant un écran mais aussi sur le contenu visionné, et qu’avant douze ans je dirais, l’enfant soit toujours en présence d’un adulte lorsqu’il se connecte à Internet pour utiliser un réseau social ou consulter des vidéos ou des sites. Consulter Internet dans la pièce familiale (cuisine, salon) peut être une bonne façon de limiter les risques : d’abord parce que les parents se rendent compte du temps passé devant les écrans, ensuite parce qu’ils peuvent valider à tout moment -ou interdire si besoin- ce que regarde leur enfant.

Eugène.com : Pourquoi faire de l’éducation aux médias au collège ?

Mme Marrou : Pour permettre  aux élèves de faire un meilleur usage des médias en s’appropriant des connaissances, des règles et une méthode. Cela passe par différents apprentissages : apprendre à faire des recherches documentaires pertinentes quand on est sur Internet, savoir bien se servir d’un moteur de recherche et savoir identifier ses sources d’Information.  C’est également avoir conscience du fonctionnement des réseaux sociaux et savoir aussi comment bien paramétrer ses comptes pour éviter d’avoir des ennuis ; c’est avoir un regard critique sur le contenu de Youtube (savoir différencier les vidéos qui nous font grandir et apprendre, parfois de manière amusante, des contenus idiots ou inadaptés à notre âge) ;   et ça passe également par une éducation à l’information et à l’actualité. Aujourd’hui les élèves de collège  sont de moins en moins nombreux à s’informer sur ce qui se passe dans le monde, ils se concentrent sur la communication via les réseaux sociaux. Les écrans permettent aujourd’hui de s’informer sur tout, tout le temps. Mais il faut savoir comment s’y prendre. Les élèves d’aujourd’hui seront les citoyens de demain, ce serait bien qu’ils soient capables de s’informer, de comprendre, d’avoir un regard critique dans une société où la communication a pris beaucoup de place.

Sources à consulter pour aller plus loin : Je change/ Doctissimo/Naître et grandir

 Interview réalisée par Alyssa et Loane  avec un enregistreur et retranscrite

Pourquoi passer un brevet blanc ?

Cette année, comme tous les ans, il y a un brevet blanc. Il aura lieu lundi et mardi prochain, les 10 et 11 février. Le brevet blanc concerne tous les élèves de 3e, nous sommes allés les interroger pour savoir ce qu’ils pensent de cette épreuve. Deux d’entre eux répondent à nos questions, Nicolas et Manon.

Image trouvée sur le site du collège Joliot Curie de Stains.

 

 

 

Interview de Maxence, article d’Alyssa.

Danse classique, quand tu nous tiens !

La danse classique, vous connaissez ? C’est une passion pour moi, aussi je vais tenter de vous la faire découvrir avec des idées de lectures et quelques repères historiques.

La série Danse ! Image : Passion ballet.

Des romans pour découvrir la danse

Il y a plusieurs façons de découvrir cet art, en lisant  par exemple les romans  d’Anne-Marie Pol),  l’auteure d’une centaine de livres mais surtout de la collection  Danse ! (40 tomes parus).

Cette collection nous raconte l’histoire touchante de Nina Fabbri, une jeune danseuse qui rêve de devenir étoile.  Entre les problèmes d’amitié et les problèmes familiaux, la danse l’aide à avancer grâce à sa petite mère*, Eva Miller, une étoile qui l’aidera bien des fois.

Si vous ne voulez pas vous lancer dans ces lectures, je vous en dis un peu plus sur ce monde magique de la danse classique.

Le ballet, qu’est-ce que c’est ?

Le ballet est un spectacle de danse et de musique, avec plusieurs danseurs sur scène accompagnés d’un orchestre. L’origine du ballet remonte à la Renaissance italienne (XVe siècle).  Il existe de magnifiques ballets, parmi les plus célèbres et les plus dansés on retrouve ceux de Marius Petipa, un grand chorégraphe, et les musiques de Piotr Ilitch Tchaïkovski.

 

Le lac des cygnes, célèbre ballet de Tchaïkovski. Source Image :Wikipédia

 

Les danseurs étoile

Anna Pavlova. Source image : wikipedia

« Étoile » est le titre le plus important pour un danseur. On est nommé danseur étoile  après avoir été premier danseur  ou première danseuse, jamais en étant simple danseur dans le corps de ballet. Par exemple,  Léonore Baulac est une danseuse étoile nommée le 2 février 2017, elle est née en 1990 et a actuellement 29 ans. Cette danseuse franco-norvégienne a étudié à l’école de danse de l’opéra de Paris, puis elle a été engagée dans le corps de ballet à sa majorité. En 2014, elle devient Coryphée  puis atteint le grade Excellence, puis celui de Sujet, Première danseuse et enfin Etoile.

Les danseurs et danseuses étoiles ont enduré beaucoup d’heures de travail et de souffrance pour arriver à ce titre.

Certaines danseuses sont plus reconnues que d’autres, comme Anna Pavlova, la première ballerine à avoir parcouru le monde pour danser dans plus 4 000 villes en 1908. Il y a même eu une expression créée avec son nom pour une danseuse qui danse avec toute les qualités d’une ballerine : la Pavlova

Un danseur étoile gagne bien sa vie : il est  payé 8000 euros brut par mois et jusqu’à 10 000 euros par représentation. Mais ce n’est jamais pour l’argent qu’on devient danseur, c’est une véritable passion, tout simplement.

 

Sources d’information: Onisep /danseclassique.info

Article écrit par Doriane

Ce que vous risquez si vous insultez vos copains sur les réseaux sociaux

Beaucoup de personnes se font harceler sur les réseaux sociaux, se font insulter,  menacer… Insultes vulgaires,  insultes racistes, aujourd’hui, c’est devenu banal. Comment expliquer ce phénomène ? Et qu’est-ce qu’on risque si on insulte ?

Les insultes sur les réseaux sociaux, un vrai problème. Source de l’image : Télérama

Je vais vous raconter mon histoire : je suis Amel, je participe à l’atelier journal  et j’ai un compte à mon nom pour écrire des articles. J’ai découvert à la rentrée un nouvel article écrit sur mon compte, qui n’avait pas de  titre mais qui  contenait un message très insultant et raciste (je suis marocaine) me concernant.  Une personne a utilisé mon identifiant et mon mot de passe pour écrire ce message.

Pourtant, dans la cour du collège,  personne (ou presque) n’insulte ses camarades. On se respecte et on se parle gentiment. C’est très différent dès qu’on passe sur un écran :  c’est très rapide et facile d’envoyer des insultes aux personnes qu’on connait.  Et ces insultes sont de plus en plus nombreuses… Presque tous les ados ont un smartphone dans la main en permanence, dès qu’ils quittent le collège. Et insulter, c’est facile et souvent anonyme sur les réseaux sociaux.

Dans le journal sud-Ouest, on peut lire que «le phénomène s’est effectivement accentué », d’après Elise Chomienne, ingénieure à l’université de Bordeaux-Montaigne et spécialiste des usages du web et de la maîtrise de l’information.

« Réagir à tout et n’importe quoi est devenu facile, immédiat, on peut le faire de n’importe où, n’importe quand : à un arrêt de bus, discrètement pendant une réunion etc. » nous explique Elise Chomienne. Plus besoin  de réfléchir et c’est bien le problème.

Le harcèlement sur les réseaux sociaux. Source de l’image : Ministère de l’Education nationale.

Quels risques encourt-on quand on insulte les gens sur Internet ?

Les insultes peuvent être « caractérisées » lorsqu’elles sont discriminatoires. Cela veut dire qu’on considère ces insultes comme graves. Le mot discriminatoire  veut dire « commis envers  une personne ou un groupe de personnes en raison de leur origine ou de leur appartenance  à une ethnie, une nation, une prétendue race ou une religion  déterminée ».

Si un commentaire insultant et injurieux apparaît sur un réseau social,  ce qu’on risque dépend de la nature du commentaire, s’il est public ou privé :

Si le commentaire injurieux est public (un tweet par exemple), il pourra être passible de six mois d’emprisonnement et 22 500 euros d’amende.

Si il est privé (sur un message Whatsapp ou Messenger par exemple) cela pourra être 12 000 d’amende.

Si on republie un message injurieux ou haineux, on est considéré comme complice et on encourt la même peine, même si on n’en est pas l’auteur.

Sources :Sud ouest / La voix du nord / Cairn.info

Article écrit par Amel et Loane.

Un virus qui se propage

Le Coronavirus inquiète et angoisse. D’où vient-il ? Et quels sont les symptômes ? Il devient de plus en plus difficile de se rendre en Chine alors que le virus se propage et cause même des situations problématiques partout ailleurs. On fait le point à la date du 31 janvier  2020 !

Le nombre de cas se propage
Le point

Les chiffres d’abord :   En un mois environ, 212 personnes sont mortes et 9000 personnes ont été infectées par ce virus , à la date du 31 janvier 2020. (Le temps qu’on rédige cet article, les chiffres ont évolué à toute vitesse !) Le Coronavirus se propage donc très vite ! Et il inquiète encore plus !

Que sait-on de lui ?

D’abord, que ce virus est d’origine animale. Il était inconnu jusqu’à maintenant et il a muté, c’est à dire qu’il s’est transformé – comme le font tous les virus – et il  peut maintenant être transmissible entre humains.

Ensuite, qu’il est apparu pour la première fois à Wuhan en Chine  dans un marché où on vend des animaux vivants. Des scientifiques pensent que ce virus aurait d’abord été présent chez les chauve-souris. Les 11 millions d’habitants du Wuhan sont mis en quarantaine depuis le 23 janvier, c’est-à-dire qu’ils ne peuvent plus sortir de chez eux. Et tous les habitants des alentours aussi, soit 40 millions de personnes !

Quels sont les symptômes de ce virus ?

Cela ressemble à une forte pneumonie (infection du poumon) ou à un début de grippe. Après un temps d’incubation estimé entre une semaine et 14 jours, les symptômes sont de la fièvre,  des douleurs musculaires, des troubles respiratoires comme la  toux, une sensation d’oppression ou de douleur thoracique, avec parfois un essoufflement.

Des symptômes plus graves peuvent entraîner pour les plus fragiles ( c’est-à-dire les personnes âgées, les jeunes enfants ou les personnes déjà malades) une pneumonie, un syndrome respiratoire aigu sévère qui peut conduire au décès du patient.

Est-ce que le Coronavirus arrivera jusqu’à nous ?

En effet le Coronavirus arrive en France :  il y a déjà un 6ème  cas trouvé, d’après les journaux comme Le Point.

Les dérives

Comme à chaque fois qu’il se passe des choses angoissantes, il y a des débordements et des dérives : sur le site de franceinfo, on nous dit qu’il y a de plus en plus d’actes ou de paroles racistes vis-à-vis des Asiatiques en  France : « La crise sanitaire du coronavirus entraîne dans son sillage une libération de la parole raciste dans les médias et sur les réseaux sociaux. »  Sur ce site, on peut lire qu’une jeune femme souhaitant rester anonyme a dénoncé dans un long message les dérives racistes subies par les Asiatiques avec la médiatisation du coronavirus.

Ces dérives sont inquiétantes : il faut rester vigilant mais ne pas céder à la panique, encore moins à des réactions idiotes !

Sources  : Le monde/ Notre temps/ Le monde/ Le Parisien/ Franceinfo/ Le Point

Ecrit par : JULIEN , EMMA ET EMMIE

Afficher les mentions légales | Conditions générales d'utilisation | Aide à la rédaction du registre de traitement
Nom et adresse de l’établissement scolaire
Collège Eugène Freyssinet 19 130 Objat
Nom du directeur de la publication
Christian Pouzet
Nom du responsable de la rédaction
Delphine Marrou
Nom et adresse du fournisseur d’hébergement
OVH 2 rue Kellermann – 59100 Roubaix