Féminisme férié

Souvent appelée (à tord!) la « journée de la femme », le 8 mars, « Journée internationale des droits des femmes », est devenu un jour férié en Allemagne.

© SIPA

Le 25 janvier dernier, la capitale allemande, Berlin,  a décidé que le 8 mars deviendrait un jour férié. C’est déjà le cas dans une dizaine de pays d’Asie et d’Afrique, mais c’est la première fois que cela est décidé en Europe (c’est pourtant là que sont nés les « Droit de l’Homme…) : Berlin est donc le premier état fédéral qui fait de la « Journée internationale des droits des femmes » une affaire de premier plan politique.

En Allemagne, il y a 9 à 10 jours fériés par an, selon les régions (les länders), et la bataille a été rude, puisque d’autres dates avaient été retenues pour entrer dans cette liste : le 8 mars a été retenu pour célébrer tous les ans les « droits de la femme », la chute du régime nazi bénéficiera elle seulement d’un 75ème anniversaire le 08 mai 2020.

Doit-on se réjouir d’un tel choix? Quand on voit la réaction de Jan Eder, le directeur général de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Berlin, qui prévient que la facture économique de ce jour férié pour Berlin pourrait être de 160 millions d’euros, on se dit qu’il y a encore du chemin pour que les droits des femmes se concrétisent autrement que par une journée chômée…

Nina Dumond-Malleux (3ème)

Sources d’information : elle.fr, madame.lefigaro.fr

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afficher les mentions légales | Conditions générales d'utilisation | Aide à la rédaction du registre de traitement
Nom et adresse de l’établissement scolaire
Nom du directeur de la publication
Nom du responsable de la rédaction
Nom et adresse du fournisseur d’hébergement