Le blob, un génie sans cerveau ? Et puis quoi encore ?!

Derrière ce drôle de nom se cache un créature passionnante. Le Blob est une créature ni animale ni végétale. Mais de quoi est-il constitué et comment vit-il ? 

Source image : https://www.franceculture.fr/

La présentation :

Le nom complet du Blob est Physarum Polycephalum. C’est une créature capable de prendre plusieurs formes. C’est une espèce unicellulaire qui se rapproche des amibes, des organismes minuscules composés d’une seule cellule. Mais attention ! La plupart de êtres vivants ont plein de cellules microscopiques alors que le Blob peut faire plus d’un km !Il se déplace lentement ( à peine 4 cm par heure) mais tout le temps. Dans la nature, il se nourrit de bactéries et de champignons microscopiques mais, en observation, on le nourrit d’avoine.

Les petits secrets du blob :

N’ayant pas de neurones, le Blob a tout de même une capacité intellectuelle hors nomes : il est sorti d’un labyrinthe en utilisant le chemin le plus court et a une logique spatiale plus importante que les humains (il a reproduit une optimisation spatiale du métro de Tokyo). C’est à dire que des scientifiques ont placé de la nourriture sur un chemin ferroviaire de Tokyo et ont laissé le blob aller chercher la nourriture. Les scientifiques se sont rendus compte qu’en quelques heures, le blob avait trouvé un chemin plus  ingénieux que le chemin qui avait été fait par des ingénieurs en des années.

Il est aussi immortel : quand il fait chaud et quand il n’a pas assez de nourriture, cette créature se rétracte pour entrer dans un phase de dormance. Il se déshydrate ensuite pour atteindre une forme plus résistante et attend l’ombre et l’humidité. En moyenne, les blobs restent 2 ans sous cette forme mais certains peuvent aller jusqu’à  30 ! Les scientifiques ont également découvert qu’après cette forme, il retrouvait une forme juvénile ce qui est utile à son développement.

Je reviens un instant sur ce que j’ai dit tout à l’heure : un blob à une seule cellule MAIS, plusieurs centaines de milliers de noyaux selon la taille qui constitue son patrimoine génétique. En gros si on le coupe en morceaux, on se retrouve avec des mini blobs qui vont à leurs tours grandir et devenir plutôt gros. ( Bon en fait on ne peut pas vraiment s’en débarrasser ! )

Il peut également fusionner ! Avec son « ancien lui », ou avec un autre blob. Il peut transmettre son apprentissage avec un de ses congénères en fusionnant avec lui pour quelques heures. Mais tout les blobs ne fusionnent pas. Ils ne s’entendent peut-être pas tous entre eux, comme toute créature vivante.

Un blob est insensible à la douleur. Il cicatrise en même pas 2 minutes et il sera totalement indemne !

Il a une capacité à apprendre avec facilité : un blob n’aime ni le café, ni le sel. Placez une barrière d’avoine derrière du sel, avec de l’adaptation, il se souviendra que ce n’est pas un danger et la traversera sans soucis pour atteindre l’avoine.

Leur lieu de vie et leurs conditions de vie :

Leur milieu naturel est les sous-bois, sur les feuilles ou les bois morts. C’est humide, plein de champignons, de bactéries et de micro-organismes, le rêve pour un blob ! Ils se confondent en général avec des moisissures.

Il y en a même un au Parc zoologique de Paris !

La découverte :

C’est le 10 novembre 2008 à Sydney en Australie que Audrey Dusutour découvre le blob quand on lui propose de travailler avec un drôle de champignon visqueux et mouvant dans un laboratoire. Elle commence à travailler un peu avec lui mais ne voit pas vraiment les intérêts de s’occuper d’une créature assez exigeante (elle n’aime pas vraiment la lumière et est assez gourmande). Elle le place dans une boite avec de l’avoine et attend le lendemain matin.

En entrant dans son laboratoire, elle se rend compte que le blob avait mangé toute l’avoine et avait doublé de volume ! (Bon en peut en tirer qu’il adore l’avoine). En continuant de travailler avec lui, elle apprend qu’il a de la mémoire et de l’intelligence mais pas de cerveau, il sent mais sans nez, sans bouche, sans oreilles, sans yeux, il n’a pas d’estomac mais digère ! En bref il est trop bizarre et bouleverse le monde scientifique. Cela fait 10 ans que nous travaillons avec le blob et nous n’avons pas fini de découvrir tout ses secrets !

Sources : 1 jour 1 actu  / Wikipédia  / adopte un blob  / France Inter

Article écrit pas Pauline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Afficher les mentions légales | Conditions générales d'utilisation | Aide à la rédaction du registre de traitement
Nom et adresse de l’établissement scolaire
Collège Eugène Freyssinet 19 130 Objat
Nom du directeur de la publication
Christian Pouzet
Nom du responsable de la rédaction
Delphine Marrou
Nom et adresse du fournisseur d’hébergement
OVH 2 rue Kellermann – 59100 Roubaix