Et vous, êtes-vous aussi un mal-logé ?

En France, il y a 4 millions de mal-logés et 12 millions  de personnes ont une situation très fragile concernant leur logement  : cela représente plus de 20% de la population française ! C’est énorme ! Quelles solutions peut-on trouver pour aider ces personnes en difficulté ?

Un des nombreux logements en mauvais état. Source de l’image : bfmtv.fr.

Beaucoup de français sont mal-logés. Mais, qu’est-ce que cela veut dire exactement ? Ils peuvent ne pas avoir de logement du tout, c’est le pire. Mais il a aussi ceux qui ont un logement en très mauvais état, ou encore ceux qui vivent dans un logement trop petit… Le fait de vivre chez quelqu’un d’autre pour des raisons financières fait également partie du mal-logement.

Dans toutes les zones urbaines il y a des mal-logés. Et oui ! Mais ce n’est pas parce qu’on habite à la campagne comme nous à Objat, que toutes les personnes ont de quoi payer un logement correct. En milieu rural, il y a une vraie pauvreté, attirée par le faible coût de la vie à la campagne. Par contre, il est vrai qu’il y a beaucoup plus de mal-logés dans les grandes villes comme à Paris, à Lyon ou encore à Marseille.

Une enseignante de Marseille explique qu’un tiers de ses élèves sont mal-logés et vivent dans des conditions épouvantables : « Je vous passe les rats, détaille l’enseignante. Les rats dans la rue mais aussi dans les cages d’escaliers, les logements. Mais aussi les cafards, les punaises de lit » (Source Franceinfo)

Il y a beaucoup plus de sans-abris que ce qu’on croit. Source de l’image : la-croix.fr

Des conséquences ?

Et oui, il y a malheureusement des conséquences. Suite au mal-logement, on est plus souvent malade, à cause de l’humidité présente dans les logements en mauvais état. Car le manque de lumière et d’aération rend le corps moins résistant aux microbes. « Certaines maladies reviennent, dit encore Sabine Pascual, l’enseignante de Marseille. Nous avons des élèves qui ont la gale. Nous avons de plus en plus d’élèves qui souffrent d’asthme suite à l’humidité dans les logements »…

On peut également se renfermer sur soi même car on a honte de vivre dans un logement vétuste… Qui a envie d’inviter un copain chez lui quand l’appartement tombe en ruine, quand ça sent le moisi et que les moquettes sont toutes tâchées  ?

Il faut aider ces personnes là !

Est-ce que vous trouvez ça normal que certaines personnes vivent dans un taudis ? Qu’une personne qui travaille ne puisse pas avoir un logement digne de ce nom ? Et qu’il y ait autant de mal-logés en France ?

On ne devrait  pas avoir pitié de ces personnes mais bel et bien les aider !

Si on est sans-domicile, on peut appeler le 115, pour pouvoir dormir à l’abri pendant une ou deux nuits dans un centre d’hébergement. Ces centres sont souvent complets même si jusqu’au 31 mars, des places en plus avaient été créées pour la « trêve hivernale ».

Dans certaines villes, il est maintenant interdit de louer des appartements ou maisons en trop mauvais état. Il y a également des villes où on pense à construire des logements peu chers, qui pourront aider les personnes en grande difficulté.

Quel rôle de l’Etat ?

Les pouvoirs publics ont donc un rôle important à jouer dans ce domaine. Pourtant, sur le site de la Fondation Abbé Pierre, on peut voir que l’Etat reçoit plus d’argent par rapport aux logements que ce qu’il dépense. Il ne devrait pas faire de bénéfices sur le dos des pauvres et ferait mieux d’investir dans des logements plus salubres et plus nombreux !

C’est aussi ce que pense Robin Rivaton, économiste, dans le journal l’Express, qui explique que pour résoudre la crise immobilière, il n’y a « qu’une seule solution : confisquer, construire, contrôler pour éviter une rupture irrémédiable du consensus social ».

Sources des informations : 1jour1actu n°228 du 29 mars au 04 avril 2019, Fondation Abbé-Pierre , l’Express et Franceinfo

Article réalisé par Elise.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Afficher les mentions légales | Conditions générales d'utilisation | Aide à la rédaction du registre de traitement
Nom et adresse de l’établissement scolaire
Collège Eugène Freyssinet 19 130 Objat
Nom du directeur de la publication
Christian Pouzet
Nom du responsable de la rédaction
Delphine Marrou
Nom et adresse du fournisseur d’hébergement
OVH 2 rue Kellermann – 59100 Roubaix