Une explosion de gaz à Paris à élucider

Une violente explosion de gaz a eu lieu ce samedi 12 janvier 2019 à Paris, plus précisément dans la rue de Trévise, qui se situe dans le 9e arrondissement.  Les causes de ce terrible accident ne sont pas encore éclaircies, même si la vétusté du réseau est en cause.

La rue de Trévise. Source de l’image : sudouest.fr

Rappel des faits :

Ce samedi, à 08h37, une occupante de la rue de Trévise avertit les pompiers pour une odeur de gaz. Dix minutes plus tard, les pompiers se rendent au numéro 6 de la rue. Deux d’entre eux étaient chargés de couper le gaz pendant que quatre autres avaient pour mission de monter dans les étages de cet immeuble de type haussmannien et de prévenir les habitants de ne pas sortir.

C’est à 08h59 qu’une violence explosion retentit. La boulangerie et le restaurant, situés au rez-de-chaussée de l’immeuble, explosent. Quelques minutes plus tard, à l’arrivée des secours, les deux pompiers qui étaient occupés à couper le gaz sont découverts morts, de même qu’une touriste espagnole qui se trouvait dans la rue au moment de l’explosion.

Une enquête a été confiée à la direction régionale de la police judiciaire afin d’établir les circonstances et l’origine de ce drame, qui sont pour l’instant inconnues.

Le réseau parisien en cause :

Les soldats du feu à l’oeuvre pour sortir les victimes. Source de l’image : lalsace.fr

La thèse terroriste ne semble pas être retenue dans cet accident. Ouf !

Par contre, certains éléments laissent à penser que le réseau parisien est vétuste. On peut lire sur Franceinfo qu’Alexandre Vesperini, élu du 6e arrondissement, affirme que le réseau de gaz de la capitale « est dans un état de vétusté avancé ». Un membre de la commission supérieure de contrôle du gaz assure que son avis est partagé par les sapeurs-pompiers, qui lui auraient dit : « C’est le problème numéro un de Paris ».

Pourtant, dans le journal OuestFrance, on peut lire que GRDF, la société qui s’occupe de l’entretien du réseau de gaz (le réseau parisien s’étend sur 1 944 km et dessert plus de 40 000 immeubles) explique que le réseau parisien « fait l’objet d’une surveillance permanente » qui « se traduit par plus de 50 millions d’euros investis annuellement et 40 km de réseaux renouvelés chaque année, pour assurer son exploitation dans des conditions de sécurité optimale ». Elle ajoute que l’enquête est le seul moyen de connaître « les causses exactes de ce dramatique événement ».

Témoignages :

Dounia est la mère d’Inès, qui travaillait dans l’hôtel situé en face de la boulangerie. Elle témoigne dans l’Internaute : « C’est elle la première qui a reçu la porte de l’hôtel dans les jambes et avec la panique les gens ont marché dessus […] Devant elle , je ne pleure pas mais dans le couloir de l’hôpital j’explose. On est seuls, on est tout seuls, il n’y a personne pour nous soutenir ».

Une octogénaire et habitante de l’immeuble évoque, dans le même journal, son traumatisme psychologique : « Maintenant dès que j’entends un boum, une sirène… Hop je saute. J’ai encore ce bruit inimaginable, le souffle ».

On savait qu’il ne faisait plus bon habiter Marseille, mais visiblement se loger dans la capitale peut s’avérer aussi dangereux…

Sources des informations : Le Monde, OuestFrance, L’Internaute, 20Minutes, LCI , Le Figaro et Franceinfo.

Article réalisé par Elise.

Afficher les mentions légales | Conditions générales d'utilisation | Aide à la rédaction du registre de traitement
Nom et adresse de l’établissement scolaire
Collège Eugène Freyssinet 19 130 Objat
Nom du directeur de la publication
Christian Pouzet
Nom du responsable de la rédaction
Delphine Marrou
Nom et adresse du fournisseur d’hébergement
OVH 2 rue Kellermann – 59100 Roubaix