SLS sur le pas de tir !

Ce vendredi 18 mars 2022, à 9h 15 (heure française), en Floride, au Kennedy Space Center, Artémis I Moon Rocket a atteint son pas de lancement!

Pendant la nuit, en Floride, le transporteur sur chenilles conduit Artémis I Moon Rocket du bâtiment d’assemblage au pas de tir 39B, sur le site Kennedy Space Center. Le véhicule doit déplacer la fusée à une vitesse de 1,31 km/h sur une distance de 6,4 km. La fusée aura finalement mis 11 h pour arriver sur le pas de tir. Elle y passera divers test.

Selon la NASA, le décollage d’Artémis I Moon Rocket, constitué du lanceur SLS (Space Launch System) et de la capsule Orion, est prévu pour juin 2022. La fusée SLS, point central du programme Artémis, qui consiste en la reconquête par l’Homme de la Lune, est issue d’une longue évolution de la fusée Ares V, dont elle partage plusieurs composantes, telles les moteurs ou les réservoirs. Le développement de la fusée commence en 2011, avec un budget de dix milliards de dollars. Le projet prend de plus en plus de retard et le lancement initialement prévu pour 2017 est repoussé à 2018, comme souvent chez la NASA… La capsule qui surmontera la SLS, Orion, est un vaisseau européen qui peut transporter quatre astronautes. En 2020, il passe des tests dont l’issue est concluante.

La mission Artémis 1 est en quelques sortes une mission de « test » : elle prévoit d’effectuer un vol d’essais inhabité durant lequel la capsule Orion fera le tour de la Lune sans aucun alunissage. Artémis est un programme visant au retour de l’Homme sur le satellite naturel de la Terre. Il est la « résurrection » d’un programme précédent abandonné : le programme Constellation, dont la fusée Ares faisait partie. Ce programme a été lancé en 2004, puis abandonné le 1er février 2010, sur ordre du Président Barack Obama, en raison du budget qui augmentait inexorablement.

D’après les prévisions de la NASA, la SLS, depuis le Kennedy Space Center, en Floride, se propulsera grâce à ses boosters et à son étage central, avec une force d’approximativement 2,5 millions de Newtons. Une fois le carburant épuisé, l’étage central et les boosters tomberont pour se consumer dans l’atmosphère. Ensuite, l’étage supérieur de la fusée propulsera Orion sur l’orbite Terrestre basse, appelée LEO, à partir de laquelle il effectuera l’injection trans-lunaire, ou TLI, phase qui permet le passage de l’orbite basse à une trajectoire lunaire. Dans le cadre d’Artémis I, ce sera l’étage de propulsion cryogénique provisoire, étage supérieur encore attaché à Orion à ce stade, qui allumera un moteur RL10, pour propulser Orion hors de l’attraction Terrestre, avant de se séparer de cette capsule. De là, elle arrivera sur une orbite lunaire pour une mission de 3 semaines.

Léandre Courrège, Baptiste Mayenoble (4ème)

Sources : http://wikipedia.orghttp://nasa.govhttps://www.futura-sciences.com/

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Afficher les mentions légales | Conditions générales d'utilisation | Aide à la rédaction du registre de traitement
Nom et adresse de l’établissement scolaire
Collège Cabanis - 2 bd Jouvenel - 19100 Brive
Nom du directeur de la publication
Mme Placido
Nom du responsable de la rédaction
M. Mathieu
Nom et adresse du fournisseur d’hébergement
OVH 2 rue Kellermann – 59100 Roubaix