Guerre de l’information

Depuis le 24 février, la Russie mène une offensive militaire sur le territoire ukrainien. Comme toujours en temps de guerre, dans nos temps modernes, la désinformation et la propagande, maintenant les fakes news sont largement utiliser pour influencer l’opinion publique et déstabiliser les adversaires.

On connait la propogande russe, massive, autoritaire, honteusement outrancière (les Ukrainients bombarderaient leurs propres maternités pour discréditer l’adversaire…), mais le camp de Kiev n’est pas en reste, avec des informations qui prennent des allures plus anecdotiques, mais qui sont tout aussi redoutables. Le 24 février, treize gardes-frontières de l’île du serpent (une île au large de la Roumanie appartenant à l’Ukraine) auraient refusé un ultimatum des forces navals russes : soit ils se rendaient immédiatement, soit ils mouraient bombardés. S’appuyant sur une discussion enregistrée, certains internautes ont affirmé que les soldats Ukrainiens auraient répondu aux Russes « d’aller se faire foutre », et auraient ensuite été abattus par des forces aériennes ennemies. Ces soldats ont été qualifiés de héros national par le peuple ukrainien et auraient obtenu le titre posthume de « héros d’Ukraine » (la plus haute distinction militaire ukrainienne) par leur président Volodymyr Zelensky, si la réalité n’était autre : les soldats ukrainiens présents sur l’île ont été faits prisonniers de guerre par les Russes. Cette information-ci est validée par les forces navales ukrainiennes, ainsi que par leurs homologues russes. Les Ukrainiens, privés de héros, se disent heureux que leurs soldats soient en vie, même s’ils sont actuellement emprisonnés.

© www.lavoixdunord.fr

Le 28 février, le magazine américain Time est accusé d’avoir publié cette première page assez problématique. : elle montre un montage mélangeant les visages de Vladimir Poutine et Adolf Hitler avec la connotation « The Return Of History : How Putin Shattered Europe’s Dreams » (Le retour de l’histoire : comment Poutine a déchiré les rêves de l’Europe). Beaucoup de gens pensent que c’est le magazine officiel qui affiche ce photomontage. La fake news s’est propagée rapidement avec l’aide de certains comptes Twitter certifiés qui relayaient l’information, sans préciser que la couverture est en fait la création d’un artiste : c’est donc une fausse couverture, créée par l’artiste gallois Patrick Mulder, qui a réalisé cette « une » pour prouver que,  selon lui, la vraie première page du magazine manquait de conviction (elle n’affichait qu’un char russe), mais aussi que la comparaison entre les deux personnages historiques est pertinente (il accuse Vladimir Poutine, en réclamant certaines parties de l’Ukraine, de se servir des mêmes excuses qu’Hitler a utilisées pour envahir l’Autriche en 1938). Là, on ne sait plus vraiment quel camp servent ces internautes qui relaient sans réfléchir une image qu’ils ne vérifient pas…

Depuis le début du conflit armé entre les deux pays, plusieurs personnes détournent une vidéo d’Ahed Tamimi, une jeune adulte militante palestinienne dont plusieurs des vidéos sont devenues virales grâce à leur caractère engagé contre l’occupation militaire israélienne de zones palestiniennes entre 2012 et 2017. Ces mêmes vidéos sont aujourd’hui utilisées pour servir une propagande ukrainienne. Vous l’avez d’ailleurs sûrement vue, cette vidéo d’une petite fille ukrainienne de huit ans, tenant tête à un soldat russe en lui disant de repartir dans son pays natal. Mais cette vidéo a été sortie de son contexte : on y voit tout simplement Ahed Tamimi, alors âgée de 11 ans, essayer d’intimider un soldat israélien en 2012, et cela n’a rien à voir avec le conflit entre la Russie et l’Ukraine. Le but recherché est de montrer que la population ukrainienne n’a pas peur des envahisseurs russes et continue de lutter contre eux par divers moyens, dont la propagande…

Nous sommes allés dans les couloirs de notre collège, pour poser quelques questions sur cette propagande :

Raphael Lajoinie, Camille Porte, Hugo Jarque, Baptiste Moqué (3eme)

Sources : www.franceinter.frwww.lavoixdunord.frwww.lemonde.frfr.wikipedia.org 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Afficher les mentions légales | Conditions générales d'utilisation | Aide à la rédaction du registre de traitement
Nom et adresse de l’établissement scolaire
Collège Cabanis - 2 bd Jouvenel - 19100 Brive
Nom du directeur de la publication
Mme Placido
Nom du responsable de la rédaction
M. Mathieu
Nom et adresse du fournisseur d’hébergement
OVH 2 rue Kellermann – 59100 Roubaix