On ne tue pas par amour

Pourquoi certains hommes tuent leur femme? Pourquoi les frappent-ils? La plupart des hommes qui ont commis cette horreur parlent de vengeance, de désespoir amoureux, comme si la victime, c’était eux…

 Manifestation contre les violences faites aux femmes, à Paris, le 29 septembre 2018. BENOIT TESSIER/REUTERS

 

Depuis le début de l’année 2019, 121 femmes ont été tuées par leur mari, un nombre qui égalise déjà celui de l’année 2018 entière! Certains sont dans alcoolisés et tuent leur femme après une dispute : l’alcool serait le responsable? D’autres font du chantage affectif, sont jaloux de la femme avec qui ils vivent : : l’amour serait responsable? ils veulent se venger à la suite d’un divorce, d’une séparation : le chagrin, le responsable?  Ces femmes sont souvent obligées d’accepter ce harcèlement moral pour ne pas se faire frapper, ce qui encouragerait les maris, disent-ils, à trouver normal cette situation de terreur : les femmes, le responsable? Car s’ils les tuent, souvent, c’est parce qu’elles résistent, parce qu’elles refusent, parce qu’elles se défendent… Un tel raisonnement est une honte, une opprobre dont nous portons tous une part de responsabilité:

Nous lisons aujourd’hui le témoignage d’ Hélène de Ponsay , la sœur de Marie-Alice Dibon, victime d’un féminicide : elle nous raconte que sa sœur voulait divorcer,mais avait peur de la réaction de son mari, qui la surveillait, qui venait la chercher à son travail, qui voulait absolument savoir où elle était, qui la pistait, la menaçait… Un jour, les policiers ont retrouvé le cadavre de Marie-Alice Dibon qui flottait sur l’Oise. La victime avait 53 ans. Elle, comme d’autres, avait parlé à des proches, alerté des institutions, cherché de l’aide, tenté de déposer plainte. Parfois, l’assassinat de la femme est perpétué par le mari devant leurs propres enfants : on se croirait dans une tragédie, avec un destin implacable et funeste qui dirige tous les actes et décide de tous les gestes…

Mais il n’y a aucune grandeur dans ces crimes : un féminicide est un acte barbare réalisé par un monstre sur une victime innocente, devant des yeux à jamais meurtris. Un acte lâche, contre lequel nous pouvons tous lutter : chacun à sa manière, avec ses armes, nous pouvons, donc nous devons arrêter cela. On ne tue pas par amour : luttons pour continuer à pouvoir aimer.

Manon PLATS (3ème)

Sources : lemonde.fr, lepoint.fr, leparisien.fr

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afficher les mentions légales | Conditions générales d'utilisation | Aide à la rédaction du registre de traitement
Nom et adresse de l’établissement scolaire
Collège Cabanis - 2 bd Jouvenel - 19100 Brive
Nom du directeur de la publication
M. Bartoli
Nom du responsable de la rédaction
M. Mathieu
Nom et adresse du fournisseur d’hébergement
OVH 2 rue Kellermann – 59100 Roubaix