Question de point de vue

Au collège Cabanis (Brive La Gaillarde) a eu lieu une conférence animée par la sociolinguiste Chrystel Breysse, pour sensibiliser les élèves de troisième au problème de la mixité dans le monde professionnel.

Pour qu’un métier soit considéré comme mixte, il faut que la proportion d’hommes ou de femmes qui l’exercent se situe entre 40 et 60%, ce qui est assez rarement le cas (à peine 20% des professions répondent à ce critère) : les métiers du batiment, par exemple, sont majoritairement occupés par des hommes, alors que ceux de l’aide à la personne le sont presque exclusivement par des femmes. Chrytel Breysse a expliqué au public d’adolescents que cette situation étaient le résultat de stéréotypes qui façonnent chacun d’entre eux.

À travers de nombreux exemples, les élèves de troisième, confrontés à des choix d’orientation qui, pour la première fois de leur parcours, décident d’une partie de leur avenir, ont compris qu’ils devaient tenter de se libérer de ces préjugés : le bleu et le pistolet pour le garçon, le rose et la poupée pour la fille, cette discrimination se retrouve dans de nombreux domaines qui nous influencent tous le jours, à commencer par la publicité : même si les femmes, statistiquement, à kilométrage égal, ont moins d’accidents que les hommes (conduisent donc mieux!), un loueur de voiture affiche une voiture « garée » au fond d’une piscine, avec le slagan « nous louons aussi aux femmes »!

Ces stéréotypes ne sont en rien anodins : ils influencent toutes les personnes qu’ils prennent pour cible. Si l’on demande à des femmes de passer un test de sécurité routière sans leur en expliquer la motivation, elles obtiennent de bien meilleurs résultats que si on leur explique que le test est destiné à vérifier que les femmes sont moins bonnes conductrices que les hommes.  Le simple fait d’exprimer un stéréotype le rend efficace : le cliché s’ancre dans l’inconscient du public, mais il influence aussi les cibles visés. Si l’on me dit qu’on va me soumettre à un test pour vérifier que, en tant que fille, je suis moins douée pour les mathématiques, alors mes compétences en maths, pourtant excellentes, seront moindres…

Les élèves ont pu ainsi réfléchir à l’importance de la langue, qui peut véhiculer des discriminations, comme les noms de métier ou les régles de grammaire. Même si la féminisation des noms de métiers date de 1986, on a pu voir récemment un député et la  présidente de l’assemblée nationale se prendre le bec sur ce point de grammaire, l’un refusant de féminiser la fonction de sa collègue : « Madame le président », l’autre lui répondant avec les mêmes armes : « Monsieur la députée »… Petite guerre des genres, qui a pu sembler bien puérile à ces jeunes qui réfléchissent aux enjeux de leur orientation professionnelle.

Anne-Eva Boissy, Sherryline Bocquet, Esteban Bernard (3ème) – Texte & PiouPiou

 

 

Afficher les mentions légales | Conditions générales d'utilisation | Aide à la rédaction du registre de traitement
Nom et adresse de l’établissement scolaire
Collège Cabanis - 2 bd Jouvenel - 19100 Brive
Nom du directeur de la publication
Mme Placido
Nom du responsable de la rédaction
M. Mathieu
Nom et adresse du fournisseur d’hébergement
OVH 2 rue Kellermann – 59100 Roubaix