Trajet des plastiques jetés… de chez vous à l’Océan ?

Le septième continent est un continent formé par des milliers de tonnes de déchets, souvent en plastique, ils s’accumulent et l’équivalent d’un continent se crée sur les différents océans du monde, l’Homme en est la cause.

Même s’il existe des macro-déchets ( visible par l’œil humain ) , le septième continent est surtout constitué de petits éléments plastiques, souvent invisibles, issus en grande partie de la dégradation des plastiques. La durée de fonction des matériaux est plus ou moins longue en fonction de leur matériaux et de leur épaisseur, la durée de dégradation est estimée en laboratoire de 1 à 5 ans pour le fil de nylon, de 1 à 20 ans pour les emballages plastiques fins, jusqu’à 450 ans pour les bouteilles plastiques et encore plus pour d’autres matériaux. En fonction de leur densité, les déchets vont soit couler vers les fonds marins (comme les PVC de densité supérieure à celle de l’eau de mer), soit flotter et être entraînés par les courants marins (exemple du polyéthylène « PE », de densité inférieure à celle de l’eau de mer).

Une partie des déchets proviennent des terres continentales soit 80 % des plastiques cela est du a à la non-attention des usagers des rivières, fleuves, mer et qui flottant en surface des océans sont entraînés des littoraux jusqu’à l’océan ouvert par les vents et courants marins. Les directions et les vitesses de déplacement dépendent de l’organisation générales des circulations atmosphériques et océaniques. 

Exemple: De Los Angeles au Pacifique Nord

Certaines équipes ont suivi le chemin emprunté par les morceaux de plastiques jusqu’au gyre (tourbillon aquatique) du Pacifique Nord. En partant de la côte Ouest des États-Unis, les particules de plastiques sont emportées par les courants marins de l’océan vers le «7e continent» du Pacifique Nord. Dans le gyre, la concentration de plastiques peut aller de 0 à 3500g/km². Quand le plastique se trouve dans le centre du gyre, il s’accumule et stagne à la surface de l’océan.

http://www.dailymotion.com/cdn/H264-1280×720/video/x3y5h5b.mp4?auth=1527511251-2562-50k6bk13-f848b402be3663f1b69a21291ec044e0

Quantité de déchets plastique mesuré sur 442 sites. Source : https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/mers-et-oceans/les-plastiques-envahissent-les-oceans-sauvez-les-avec-votre-smartphone_19772

 

Il est quand même possible de pouvoir lutter contre l’accumulation des déchets sur le septième continent, certains en ont l’initiative, comme le Néerlandais de 22 ans, Boyan Slat, qui a développé un prototype de barrières flottantes baptisé « Ocean Cleanup » qui  envoient directement les déchets passant par un grand bras en forme de « V » vers un grand rideau déployé dans l’eau. Ce projet est très intéressant car il ne concerne pas de bateau  mais il reste insuffisant car la quantité de déchets est trop importante et le temps que le projet se mette en place reste long par la difficulté d’installation et le prix de celle-ci. Malgré tous ces efforts, les expéditions ayant pour but de récupérer tous les déchets n’y arrivent pas à cause de leur accumulation constante.

Selon nous, pour éviter que ces déchets se retrouve dans les Océans et forme ce septième continent, il faudrait d’abord commencer par continuer et même augmenter le système de prévention éducatif réalisé par l’Education Nationale en donnant une importance au développement durable ce qui était moins le cas aux générations précédentes. Grâce à cela, nous donnons de l’importance à ce qui est en rapport avec le tri des déchets, et nous évitons donc, un maximum de laisser nos déchets dans la nature, nous essayons aussi de ramasser ce qui n’est pas à sa place.

 

Yoan, Rémi, Thibaut.