La réponse de la France face aux attaques du 13 novembre 2015

 

Un des 24 avions.
Avion décollant du porte avion Charles de Gaulle. Source : wikipedia.org

•  Explications du 13 novembre en quelques mots :

Vendredi 13 novembre, au soir, une première attaque a lieu à Saint-Denis, aux abords du stade de France, où se joue un match amical de football France-Allemagne. François Hollande assiste à cette rencontre. Et trois terroristes se font exploser.

D’autres attaques ont ensuite lieu à Paris, dans plusieurs rues des 10e et 11e arrondissements. Trois individus mitraillent des terrasses de cafés et de restaurants,  deux d’entre eux prennent la fuite, le troisième se fait exploser.
Enfin, l’attaque la plus longue et la plus meurtrière a lieu dans la salle de spectacle du Bataclan. 1 500 personnes assistent au concert du groupe de rock américain Eagles of Death Metal. Là,  trois autres djihadistes ouvrent le feu sur le public et le gardent en otage. Un assaut des forces de l’ordre y met fin. Les terroristes sont tués.
Le 14 novembre 2015, le bilan total des victimes fait état de 129 morts et de 352 blessés, dont 99 en situation d’urgence absolue. Un blessé décède quelques jours plus tard, portant le nombre de morts à 130.

 

  • Lundi 16 novembre 2015 : La riposte de la France

La France riposte en bombardant intensément Raqqa, le fief de l’Etat Islamique (= zone appartenant à l’Etat Islamique). Au total, 10 chasseurs bombardiers vont larguer une vingtaine de bombes sur la Syrie.  De plus, le porte-avion Charles-de-Gaulle achemine 24 avions de chasse à son bord. Les objectifs étaient de détruire un centre de commandement, un camp d’entraînement de djihadistes ou encore un dépôt d’armes. La mission a été réussie.

 

  • 1 janvier 2016 : deux avions français frappent des sites pétroliers de Daech à Raqqa :

Deux avions ont frappé des sites pétroliers de Daesh, dès les premières heures de 2016. L’opération a duré deux heures et, encore une fois, a été une réussite. Le but était de détruire une de leur source de financement, car grâce à la manne pétrolière, les djihadistes peuvent notamment acheter de nombreuses armes et autre matériel militaire.

 

  • Vengeance ou objectif de guerre ?

Selon de nombreux internautes, la réponse de la France en Syrie était une stratégie qui ne mène à rien. Selon une internaute, ces frappes étaient plus une vengeance qu’un objectif de guerre. Selon un autre, Daesh va s’habituer à ces frappes violentes, et vont trouver une parade.
Michel Onfray, grand philosophe, a prononcé cette phrase lors d’une interview sur i-Télé  »  Bombarder l’EI ne permettra pas de calmer les jeunes soldats de l’EI qui sont partout dans les banlieues en France.  »

Au delà de ces bombardements, n’oublions pas les victimes et leur famille.

Marie et Gwendoline

•Sources :

http://www.bfmtv.com/actualite/attentats-paris-du-13-novembre/
http://attentats-paris.lefigaro.fr/