L’affaire Hocine. 1

Le mercredi 3 avril 2019, les élèves de Seconde 1 du lycée ont été accueillis au Tribunal correctionnel de Tulle afin d’y reconstituer une affaire. Il s’agit de l’affaire Hocine qui est basée sur des faits réels ayant été jugés au tribunal de Bobigny.

Hocine est un jeune garçon sans problème qui suit une scolarité normale dans son lycée. Mais ce jour là, en plein cours, une altercation l’oppose à Alexandra une de ses camarades. Bientôt les deux jeunes en viennent aux mains dans le couloir. C’est alors que tous les élèves sortent eux aussi de la salle de classe et que deux d’entre eux, Steeve et François, prennent à partie Hocine et le frappent violemment dans les escaliers. Hocine, blessé, ne pourra pas retourner au lycée pendant près de 20 jours. Suite à sa plainte  contre Alexandra, Steeve et François, un procès en correctionnel est ouvert.

 

Tribunal de Tulle

Crédit photo : La Montagne.

 

Mesdames, Messieurs, la cour !

Affaire Hocine – 4     

Dans l’affaire Hocine, j’étais l‘un des deux juges assesseurs.

Mon rôle était d’assister le juge, président du tribunal et de trouver la vérité, ce qui s’est réellement passé. Pour cela, je devais connaître parfaitement le dossier, le comprendre et trouver les moindres indices prouvant la culpabilité ou non des prévenus. Il fallait aussi trouver des questions à poser à chaque personne qui se présentait à la barre afin d’obtenir des indices supplémentaires ou d’éclairer les éléments les plus flous de l’affaire.

Cela représentait donc beaucoup de travail. J’ai dû lire et analyser plusieurs fois le dossier, et repérer les éventuelles incohérences. Puis, avec l’autre juge assesseur, nous avons mis en commun notre travail et vérifié si certains points n’avaient pas été mal compris.

 

Les juges lors des auditions.
Crédits photos: CR

Lors du procès, il fallait être attentif du début à la fin et mémoriser ou écrire toutes les nouvelles informations. Cela faisait en effet beaucoup de choses à gérer en même temps mais j’ai trouvé que c’était la partie la plus intéressante contrairement à la préparation du dossier qui était longue et répétitive. A la fin du procès, il a fallu débattre entre juges et décider de la culpabilité de chaque prévenu et des peines applicables à chacun d’entre eux. C’était assez impressionnant de se dire que ce que les vrais juges décident influence la vie d’autres personnes.

Pour conclure, je dirais que la reconstitution du procès a été une expérience aussi enrichissante qu’intéressante et que, notamment à cause de l’importance du lieu, on prend conscience de ce que peuvent impliquer nos actes, de ce que l’on risque en enfreignant la loi et l’on comprend un peu mieux comment fonctionne notre justice. De plus, j’ai été impressionnée par le sérieux et l’implication de tous, ce qui a permis de faire une reconstitution la plus réaliste possible. Ainsi, j’ai pu avoir un petit aperçu du métier de juge et je peux dire que celui-ci me plaît et que je pourrais envisager d’exercer ce métier plus tard.

Lia.

La tête dans les étoiles !

A l’occasion de la venue de M Aleksander Viktorenko, ancien cosmonaute russe, nous vous proposons de découvrir une sélection de documents portant sur la thématique de l’astronomie.

La sélection propose des ouvrages sur tout support : sites internet, vidéos, livres et revues et est disponible ici.

Crédit photo CDIPerrier

Une partie de ces ouvrages est présentée au CDI et les documents peuvent bien sûr être empruntés !

 

Pleins feux sur le Festival du moyen métrage pour les élèves de L&S

 

Crédit Photo : MG

Des mines réjouies pour leur première participation au Festival international du Moyen métrage de Brive !

Les élèves de l’enseignement d’exploration Littérature et société ont assisté à deux séances de projection.

Le matin était consacré à une séance autour de Laëtitia Dosch : après le visionnage de Vilaine fille mauvais garçon de Justine Triet et de Extrasystole de Alice Douard, l’actrice est venue à la rencontre des élèves. Pétillante actrice qui a confié être ravie de rencontrer le public lycéen, elle a su captiver les élèves grâce à son énergie, ses anecdotes de tournage et sa générosité. Les applaudissements ont été bien nourris pour la remercier.

Petite précision : Laëtitia Dosch était un des 5 membres du jury du festival.

L’après-midi les élèves ont participé aux projections de deux films en compétition : Les Amoureux de Pablo Dury et Falaises de Sébastien Téot et Martin Tronquart. Projections suivies de rencontres avec les réalisateurs mais aussi, et c’était une surprise, avec 3 des comédiens. A noter également que chacun a pu voter car chaque spectateur est amené à donner sa voix pour le Prix du public.

Deux des élèves du groupe faisaient cette année partie du jury jeune : Anaïs Bordes et Anaël Battut. Elles ont donc passé une partie de la semaine en  salle de projection. Elles livreront bientôt quelques informations sur cette expérience…

Affaire à suivre…

Berlin sequenz

Une riche journée  avec le Bottom Théâtre

entre représentation, discussions et ateliers pour 4 classes du lycée

Berlin Sequenz, la pièce de Manuel Antonio Pereira mise en scène par Marie-Pierre Bésanger, a été présentée aux lycéens jeudi 28 mars, en matinée et dans l’après-midi.

Un texte qui interpelle les jeunes lycéens sur la notion d’engagement, sur le désir d’un autre monde possible. On peut s’interroger à propos de  « la génération des 20 ans en Europe, anesthésiée par le consumérisme de masse et qui ne connaît plus qu’une liberté sans puissance d’agir [s’il y a ] des alternatives encore possible ? ».

Un autre monde est-il possible ? A l’issue de la représentation les  lycéens ont été amenés à discuter avec les jeunes comédiens autour des valeurs de l’engagement, des relations humaines dans un groupe (entraide, trahison, soutien…).

Voir ici l’article paru dans l’Echo de la corrèze du 29 mars 2019.

 

 

 

Polypoésies : Une lauréate au lycée !

Dans la cadre du Printemps des poètes ayant pour thème cette année la beauté, l’association les Petits pois sont rouges (Tulle) a organisé un concours de poésie intitulé Polypoésies. Ce concours était proposé d’une part aux moins de 12 ans et d’autre part aux moins de 18 ans. Lucie L. élève en classe de 1ère S est la lauréate du concours dans la catégorie moins de 18 ans.

 

La colère ne m’emporte pas,

Elle est belle. Ses yeux en amande, Ses cheveux qui ondulent.

Peinture de Lucie L.

Un oiseau passe au dessus de nous.

Jamais je n’avais ressenti une telle

angoisse à propos du

calme 

qui pourrait m’envahir.

Je ne demandais que lui,

Le calme.

Est-il présent,

Là, S’immiscant entre nos deux corps ?

Est-ce lui qui nous sépare ?

Le calme ?

La girouette de mes sentiments ne perturbe pas son regard posé sur moi.

Elle est présente, A seulement quelques pas de moi, Me faisant face,

Ses pieds ancrés au sol.

 Aucun geste ne trahit sa contemplation.

Aucune ligne ne se creuse sur son visage.

Les vrombissements de mon cœur ne se propagent pas jusqu’à mes pupilles.

Je ne veux pas qu’elle voit que je tremble.

 

Lucie L.