L’embarras du choix !

Le mardi au CDI on lit !

Ou bien on parle de lecture, de littérature.

C’est ce qui s’est passé mardi 09 octobre  puisque François Haquin, libraire à la librairie Préférences (Tulle) est venu présenter ses coups de coeur.

François a présenté un panorama littéraire très personnel  :

ses découvertes de la rentrée littéraire : Tenir jusqu’à l’aube de Carole Fives / J’ai couru vers le Nil de Aswany /   Le coeur convertide Stefan Hertmans, Ca raconte Sarah de Pauline Delabroy-Allard / Ma dévotion de Julia Kerninon et enfin Eléni ou personne de Rhéa Galanaki

les coups de coeur qui perdurent : Soie de Alessandro Barrico / L’ombre du vent de Carlos Luis Zafon / La jeune fille à la perle de Tracy Chevalier / Les hirondelles de Kaboul de Yasmina Khadra / La mort du roi Tsongor de Laurent Gaudé /Le poète de Michael Connelly

le partage des émois des lectures de ses 15 ans : L’âne culotte d’Henri Bosco / Dracula de Bram Stocker – Un Dracula que François place tout en haut de sa pile de préférences.

Et pour finir, la cerise sur le gâteau : François a lu quelques pages de poésie de Fiodor Tiouttchev.

Préférences – Crédit photo : CDIPERRIER

Un beau voyage en littérature,

qui donne des envies de lecture !

 

NB : Certains de ces titres sont déjà dans le fonds du CDI. Ils sont rassemblés sur une table « coups de coeurs » afin que vous puissiez les retrouver facilement et les emprunter bien sûr …

 

Roméo et Juliette en Inde !

Les professeures les avaient pourtant prévenus,  mais la surprise fut grande pour les élèves de 1ère ES et  S  jeudi 27 septembre de découvrir Chandâla l’impur, l’adaptation de  Roméo et Juliette en langue tamoul !

Le metteur en scène indien Koumarane Valavane a choisi d’adapter la pièce mythique de Shakespeare afin de dénoncer le système des castes en Inde. Janani est Juliette, elle appartient à la caste supérieure des brahmanes. Jack est Roméo,  un intouchable.  Le système de castes interdit aux jeunes gens de castes différentes de se fréquenter, de s’aimer. Pour mettre en scène cette histoire d’amour impossible, le théâtre Indianostrum de Pondichéry mêle danse, marionnettes, musique.

Crédit photo : Christophe Péan

Koumarane Valavane a pris le temps de rencontrer les élèves rassemblés  sous la tente berbère du Festival des Francophonies de Limoges et d’échanger avec eux sur son métier, ses choix de metteur en scène.

Accueil par Christiane Goua et Koumarane Valavane – Crédit photo AT

 

Koumarane Valavane  a souhaité transmettre un message aux lycéens :

« N’ayez pas peur des autres, allez à leur rencontre ».

Koumarane Valavane. Crédit photo : AT

La rencontre, c’est sans doute l’un des préceptes du Festival des Francophonies,  avec aussi la couleur, le rythme, l’exigence, la générosité, l’engagement…

Un Festival qui fait partager un regard sur le monde contemporain.

Une journée bien riche  pour les élèves : accueil par  Christiane Boua pour une belle présentation du Festival, échange avec le metteur en scène  Koumarane Valavane, visite de l’expo photo Just kids  et rencontre avec la photographe Miss V, découverte des jardins de l’Evêché et spectacle Chandâla l’impur.

Exposition Just Kids (Miss V et Clément Delpérié)

 

crédit photo MG

 

Chandala l’impur – Crédit photo : Christophe Péan

 

 

Bienvenue au CDI !

 

 

Des regards,

                           des sourires,

                                                      des émotions…

                                                     

  Ce sont les portraits réalisés par Caroline A.

qui vous accueillent au CDI pour cette rentrée 2018 !

 

Le Prix Passerelles sur les ondes

Lors de la semaine radio au lycée du 14 au 18 mai (partenariat avec Bram FM), les élèves du Prix Passerelles ont présenté un certain nombre de chroniques sur les 4 ouvrages en lice.

Si vous avez manqué les chroniques ou si vous souhaitez les réécouter : pas de panique elles sont juste ici :

Présentation du Prix par Lucie, Gaëlle et Jules :

 

 

Les amants du Génome (Johan Eliot. – Syros),  par Jules .

 

 

Le Garçon qui courait (François-Guillaume Lorrain. – Sarbacane), par Paul, Sélina et Eloïse .

Programme Le Garçon qui courait accessible en cliquant sur l’image du livre ci- contre ou encore ici

 

 

I. Pandazopoulos Source : Babelio.com

 Double faute (Isabelle Pandazopoulos. – Gallimard) par Justine et Julie

En exclusivité Interview de l’auteure par Chloé et Laurine !

Et enfin : le slam de Loïck pour Double faute !
Beau programme !

Programme Double faute accessible en cliquant sur l’image du livre ci-dessus ou encore  ici 

 

très bonne écoute, les romans sont disponibles au CDI

et vous pouvez même les emprunter pour les vacances !

Discriminations : Palmarès des textes primés

Jeudi 17 mai a eu lieu la remise des prix du concours d’écriture sur les discriminations organisé par la FAL au sein du lycée Edmond Perrier.

Une dizaine de textes ont été primés sur la cinquantaine qui avait été recueillie. Le jury était composé des bénévoles de l’association Lire et Faire lire.

Le moment fort a été celui de la lecture des textes par les auteurs eux-même ou par des camarades ou encore par des membres du jury. Moment fort car certains textes, parfois sombres, étaient très personnels sur  le racisme, la grossophobie ou le harcèlement.

La qualité littéraire des textes a été  soulignée par le jury qui avait classé les écrits selon leur forme littéraire : poésie, nouvelle, discours, lettre.

L’auditoire d’une soixantaine d’élèves a été attentif aux histoires, aux situations de discriminations exposées, le silence dans la salle était bien la preuve de cette grande qualité d’écoute.

L’écriture et la lecture permettent de ressentir des émotions, de se mettre à la place de l’autre. Se mettre à la place d’une victime, d’un témoin passif et finalement ressentir de l’empathie, faire preuve de tolérance, dénoncer des situations, n’était-ce pas aussi les objectifs de ce concours ?

Lauréats : Emma Lagarde / Lola Lenoir / Pancho Rodriguez / Enzo Auzel / Charline Lamothe / Emma Izorche / Jeanne Théreau / Antonin Diot

      « Aujourd’hui,  j’aimerais vous parler de la grossophobie. Pourquoi ? Parce que je trouve que l’on n’en parle pas assez. Mais tout d’abord, qu’est ce que la grossophobie ? C’est tout simplement la discrimination des gens forts, ronds ou encore obèses.  J’aimerais partager avec vous mon histoire…

Quand j’étais petite, j’étais en surpoids. Je le suis encore, mais moins qu’avant. Les filles de ma classe étaient toute fines, bien dans leur peau. Et il y avait moi ; la petite fille grosse. J’étais la copine que l’on choisissait toujours en dernier pour les équipes de sport. J’étais la fille qui se mettait dans un coin pour pleurer, la fille qui se sentait seule et faible. D’après  les autres, je n’avais pas le droit d’être heureuse parce que j’étais grosse. Et puis les années ont passé, et j’ai grandi. J’ai grandi et j’ai changé, physiquement et mentalement. J’ai mûri et j’ai maigri. Je me suis construit une armure qui me protège des insultes. Alors bien évidemment, les insultes ont diminué, et les gens de mon école ont arrêté de me dévisager. Mais encore aujourd’hui, j’ai toujours cette peur.  Cette même peur qui me hante tous les jours, à chaque instant de ma vie.  Cette peur d’être dévisagée, ou encore d’être insultée parce que « mon tee-shirt me grossit », parce que « mon pantalon me fait des grosses cuisses » ou encore parce que «  ma poitrine est trop visible ». J’ai peur de ne pas être acceptée à cause de mon physique. Je ne veux pas parler au nom de tous les gens comme moi, les gens forts, mais il me semble que nous avons le droit d’être heureux, d’avoir une vie normale. Se lever le matin, ne pas penser à ce qui pourrait encore nous blesser, mentalement. Avoir un travail, se marier, avoir des enfants, tout simplement être heureux et vivre.

Alors à  partir d’aujourd’hui, j’aimerais que vous fassiez quelque chose pour moi, je vous promets, ce n’est pas grand-chose, c’est juste un petit détail qui peut embellir les journées des personnes comme moi.  S’il vous plait, ne nous regardait plus avec pitié ou dégout. Parce que c’est ce que certains d’entre vous font, vous nous dévisagez. Pas forcément méchamment mais ça fait toujours mal d’avoir un regard comme ça sur soi. Regardez nous comme des personnes normales, parce que c’est ce que nous sommes, des personnes normales avec deux bras, deux jambes, deux yeux, une bouche, un nez, deux poumons et un cœur, un cœur immense et partiellement brisé.  Notre cœur est certainement tellement grand, que c’est pour ça que certaines personnes en profitent pour jouer avec. ».

 

Charline

 

 

Tapis rouge à Brive !

C’est avec un peu de retard que nous faisons part du grand enthousiasme des élèves de Littérature et Société lors du Festival international du Moyen Métrage de Brive le 05 avril dernier !

Mais nous sommes en mai et mai n’est-il pas le mois du Cinéma, des Festivals, des Palmes… ?

Les secondes de Littérature et Société ont assisté à deux projections : La Ligne de Darielle Tillon en matinée. Un film qui a laissé les spectateurs un peu perplexe mais qui a permis de nourrir les questionnements lors de la rencontre avec la réalisatrice, juste à la suite de la projection.

L’après-midi les élèves ont assisté à deux projections. Ils ont été enthousiasmés par Artémis coeur d’artichaut de Hubert Viel, une belle histoire d’amitié entre Artémis, jeune étudiante un peu lunaire et l’exubérante Kalie.Ils ont é galement été touchés par Léon de Alain Cavalier. Un beau  portrait de Léon, cordonnier, au moment ou il laisse son atelier-boutique lors de son départ à la retraite.

Une journée qui leur a permis de goûter à l’ambiance du festival, ambiance restituée par leurs deux camarades Louann et Léo, tous deux sélectionnés pour participer au jury jeunes du Festival  (on en reparlera dans un autre article).

Les mines réjouies ci-dessous laissent à penser que ce fût une bien belle journée !

Tapis rouge pour les élèves du lycée Edmond Perrier

 

Louann et Léo, membres du Jury jeunes du Festival

 

On allume le poste !

Emissions et programmes réalisés par les élèves

du lycée Edmond Perrier !

 

Du Lundi 14 au  vendredi 18 : de 7h30 à 13h45

Et deux soirées en direct de l’internat du lycée :

mardi 15 et mercredi 16 de 20h à 20h45

 

Cliquez sur l’image pour ré-écouter toutes les émissions !

Semaine des langues vivantes

 

Source image ac-grenoble.fr

A l’occasion de la semaine des langues vivantes qui se déroule du 14 au 19 mai 2018, dans le but de promouvoir différents projets menés dans le cadre des cours de langues, les élèves de 2nde de Mme plazanet-David, nous font partager les articles qu’ils ont rédigés sur le thème du réchauffement climatique.

« People can always do better »

 After environmentalists’, politicians’ and Al Gore’s call to action, it’s now ordinary people’s turn to act, as the people who have been interviewed made it clear to us.

  First, we interviewed young people, who are « maybe more concerned and aware of global warming » as Athina said, because some of them do environmental studies and they have been informed since elementary school about solutions against climate change and to protect the  environment. We met (in person or with skype) :

  • Athina, a physics student who wants to work with, oceans/renewable energies
  • Salvio, the former English assistant in our high school.

    AThina a 21 years old physics student
  • Clara who is an English assistant from Kansas, US.

In a lot of countries different solutions are used to fight climate change. Thus, in their countries they try to use solar panels, wind turbines and renewable energies.

They are particularly careful to reduce global warming and to protect the environment : they turn off the light when they leave a room, they recycle, they walk, use bicycle and public transports a lot, clean up some trash on beaches, plant trees,  they don’t use trucks or four-wheel-drive and they take short showers.  Moreover, as Clara said : « We have to be more careful about what we throw away ».

  They generally agree to say that the policies which are implemented in France are pretty good and better than in the US. Indeed, in the US, there are different opinions and the rules vary from one state to another. In California, for example, (where Athina lived), a lot of renewable energies are used. Not long ago, wildfires broke out in California, so we asked Athina and Salvio if they personally felt concerned about this problem.

ATHINA : – « It’s a big issue and they are very dangerous, they have a great impact on nature, they start because of a lot of dead leaves and because of global warming. Of course I feel a bit concerned because I have friends who live there and they had to be evacuated because of wildfires. Fortunately, I could call them and they were fine. »

As for Salvio, he does not really feel concerned about what happened in California because it is about 1,000 miles away and he does not know anyone there.

 As regards global warming, here is what they said :

 According to Athina, this is a big issue which affects the world ; in her opinion, it is not just global warming,  it is also a question of climate change because in Ireland, for example, temperatures are getting colder.

Salvio, the former English assistant in our high school, from Florida

Clara thinks that global warming is a serious problem, « that’s going to be even more huge in the future if we do nothing », it will be worse in the future and there are already some effects like natural disasters.

Salvio added that it’s something that people should consider as it is real, and not a joke at all as Donald Trump may think. Indeed, the latter doesn’t care about scientists’ conclusions. He doesn’t want to accept the idea of global warming, it is not a good enough business for him.

Let’s end with some quotes of the interviewees :

ATHINA : – « The choices we make now will have such an important impact on the future that it is urgent to act »

CLARA : – « People need to act and realize that every little action can be important to support the environment »

SALVIO (about what we can do to stop global warming) :

– « It’s difficult to do things but together, we can stop it »

 

Angela, Baptiste, Marie

What about global worming ? A question of everyday…

We know that global worming causes a lot of damage to the earth. We asked English speaking peoples some questions in order to find some solutions against global warming.

Athina, a girl from California who studies physics, says that global warming is a problem in California because it causes drought and hurricanes. She also says that Donald Trump doesn’t want to fight against wildfires because he thinks that global worming isn’t a problem. She says that California used to try to control wildfires. She told us that one day there were two storms in two weeks.

Salvio, a boy from Florida says that hurricanes are not trigged by humans activities but there are more and more of them. For him we’re responsible but we have to care about earth. He told us that we are responsible for the melting of ice cap. For him, the United States uses to few renewables energies so it increases climates change.

For us, climates change, the melting ice cap, hurricanes, earthquakes and all the natural disasters are in part caused by humans activities and the consumption of oil and gaz. You can change that by turning off the light when you leave a room. We have to care about the earth because today we can go to the moon and we want to walk on Mars, but, we mustn’t forget that the earth is our real home.

Charles – Jules