ON BULLE AU CDI !

LE MARDI, AU CDI, ON LIT !

A QUELQUES JOURS DU FESTIVAL DE BANDES DESSINEES D’ANGOULEME,

LE MARDI 23 JANVIER RENCONTRE SPECIALE BD !

Rendez vous au CDI de 13h à 14h avec  :

1 libraire spécialisé, 1 prof d’HG passionnée, des profs doc motivées et des élèves pleins de curiosité !

Présentation des nouveautés, échanges autour des coups de cœur et présentation de la sélection officielle du festival d’Angoulême. 

 

 

Nouveauté 2018

Belle année 2018 à toutes et tous !

 

LE MARDI, AU CDI, ON LIT !

 

C’est la nouveauté de ce début d’année au CDI.

Il s’agit , chaque mardi, de faire une pause lecture de 13h30 à 14h au CDI.

 

Le CDI ne sera accessible que pour cette pause lecture. Et une fois par mois, la pause sera un peu plus longue (1heure) et consacrée à des échanges autour des lectures, à des thématiques de lectures…

1er rendez-vous :  mardi 23 janvier !

Festival de la BD d’Angoulême oblige…le 23 janvier on parlera de Bandes dessinées !

 

 

 

 

Un nouveau support de lecture au CDI !

Dans le souci de diversifier les supports de lecture et d’enrichir l’offre de titres disponibles, le CDI s’est doté de deux liseuses.

Le choix a été fait de télécharger des oeuvres classiques libres de droits, 170 titres de la littérature française essentiellement sont pour l’instant disponibles. Le catalogue sera régulièrement enrichi notamment à la demande des utilisateurs.

La liste des titres disponibles est consultable sur le portail du CDI, pour y accéder cliquez ici 

 

Visite à la Foire du livre de Brive

A l’occasion de la 36eme édition de la Foire du Livre de Brive du 10 au 12 novembre, notre équipe s’est rendue sur place vendredi afin de prendre un bain de foule entre livres, auteurs et maisons d’édition mais ce fut aussi l’occasion pour nous d’étendre notre culture littéraire.
Pari réussi pour Brive cette année avec pas moins de 300 auteurs qui étaient au rendez – vous de Cyril Lignac, Amélie Nothomb, Bernard Cazeneuve en passant par Stéphane Le Foll, etc… Et une forte progression des ventes comme des entrées.

 

Deux Interviews express

Nous avons rencontré Nicolas Michel, journaliste et auteur français pour lui poser quelques questions au sujet de son dernier livre Quand le monstre naîtra paru aux Editions Talents Hauts.

 

 

Littérature & Société -Votre dernier livre,  »Quand le monstre naîtra » est paru il y a peu. Vous y parlez de la guerre vue par une petite fille juive, de ce qu’elle ressent face au conflit,… Pourquoi ce sujet ? Et pourquoi utiliser cette petite fille ?

Nicolas Michel  -J’ai eu l’idée lors du décès de mon grand père, il était résistant et me parlait parfois de la guerre alors j’ai voulu continuer à transmettre ce souvenir aux enfants des générations futures.
Je me suis demandé comment leur faire passer ce souvenir alors là, la fiction était la meilleure solution. Raconter l’histoire à travers une enfant apporte de la légèreté. Je trouve que l’enfance
amène beaucoup de fraîcheur donc c’était parfait pour que d’autres enfants puissent lire ce livre et le comprendre.

L&S – Vous dites que votre grand père était résistant, est ce que ce livre est une autobiographie ou le récit d’une des histoires qu’il vous a raconté ?

NM -Non mais oui ( rires) c’est inspiré de sa vie et de ce qu’il me racontait mais ce n’est pas un récit direct ou de quelqu’un de proche qu’il aurait connu à ce moment là. Comme on écrit par rapport à ce qu’on connaît il y a une part de vérité dans ce livre, une part de lui. C’est aussi un peu un moyen de lui rendre hommage.

L&S – Avant d’être un auteur vous êtes tout d’abord journaliste. Pourquoi avez-vous voulu écrire un livre ?

J’ai toujours évolué dans un environnement où il y avait beaucoup d’histoires : mon père était prof de français, il nous parlait beaucoup de littérature, de toutes sortes d’histoire. Ma mère était infirmière à domicile donc elle nous racontait souvent ce qu’elle voyait . Je crois que j’ai commencé à vouloir écrire quand j’étais jeune, à peu près vers le collège .

L&S – Les histoires c’est de famille alors ?

MN – Exactement, oui ! ( rires )

************************************************************************************************************************************************************************************

Crédit Photo : Les Ardents éditeurs

Laurent David est un  auteur de BD. Il a publié aux Ardents Editeurs deux bandes dessinées autour du cyclisme : « Un Espoir en Jaune » et « Dossard de Légende ».

L&S – Quelles sont vos sources d’inspiration ?
Laurent David – Je fais du vélo depuis longtemps et, à vrai dire , j’ai toujours aimé dessiner, que ce soit des paysages , des cyclistes , des vélos … Raconter des histoires aussi donc c’est un peu une
synthèse de tout cela .

L&S – Qu’est ce qui vous a donné envie de traiter ce sujet précisément ?
Laurent David – En étant cycliste , on a toujours envie de voir plus de livres sur ce sujet mais il est très rare d’en trouver qui soient véritablement réalistes . Ils sont plutôt écrits sous forme de romans , avec beaucoup de bio et auto-biographies d’athlètes mais pas de BD.  Je pense que ce qui m’a poussé c’est aussi le fait qu’il y ait très peu de genres différents, d’ouvrages sur le cyclisme . L’idée m’est venue comme ça : pourquoi pas moi ?

L&S -Pourquoi choisir une BD plus qu’un roman , un journal … ?
Laurent David – Parce que le côté artistique et libre du dessin est un bon moyen de retranscription. Qui plus  est, le vélo c’est très visuel donc ça me paraissait assez évident .

L&S -Pourquoi plus le style BD que manga par exemple ?
Laurent David – Je ne suis pas fan du manga . Il y avait déjà quelques BD sur le cyclisme qui m’avaient inspiré comme « Les Vélomaniaques » mais très axées sur l’humour . Moi , ce que je voulais faire c’était quelque chose de plus fidèle et de plus sérieux donc je me suis focalisé sur le réalisme. J’ai été légèrement influencé par Francq (ndlr : Philippe Francq dessinateur des BD « Largo Winch » représentant Jean Van Hamme) donc on retrouve un peu de son style à lui aussi.

*************************************************************************************************************************************************************************************

Antoine / Emma / Mathilde / Louann

Prix passerelles

Allez hop, encore de la lecture !

 

 

23 élèves de seconde sont inscrits cette année au Prix Passerelles, 23 volontaires qui ont envie de lire, de partager et d’échanger autour de la sélection 2017/2018.

De belles rencontres entre lecteurs en perspective avec un groupe dynamique qui a envie d’en découdre autour de la sélection 2017/2018. Une rencontre aussi avec l’un des auteurs et, nous l’espérons, la présence de notre groupe de lecteurs au Théâtre de l’Union à  Limoges pour assister à des mises en scène des ouvrages par les Académiciens de l’Ecole supérieure professionnelle de théâtre du Limousin.  C’est en mai que les élèves voteront  pour leur livre préféré.

Place à la lecture !

 

                                                                                 

 

Pour en savoir plus sur le Prix Passerelles, c’est par ici

 

Et encore de la lecture !

A la suite du Goncourt des lycéens deux autres Prix littéraires prennent le relais de cette dynamique de lecture au lycée !

Les élèves de la classe de seconde 10 participent au Prix Sony Labou Tansi avec leur professeure de français. « Ce prix permet aux lycéens de plusieurs pays de découvrir des œuvres théâtrales modernes, atypiques, incisives, et pertinentes où l’acte de lire n’est plus seulement un rapport au texte mais aussi un rapport au monde.Il porte le nom de Sony Labou Tansi, grand auteur dramatique congolais dont l’œuvre marque l’histoire de la littérature francophone et qui fut un compagnon du festival des Francophonies en Limousin dès ses débuts » (source : http://www.lesfrancophonies.fr/Prix-Sony-Labou-Tansi-des-lyceens).

Les élèves sont en pleine lecture et découvrent cette belle sélection  :

                                                                                          

                                                      

 

Pas évidente la lecture de pièces de théâtre contemporain ?

On attend les impressions des lecteurs…

 

Et on parle du Prix Passerelles très bientôt…

 

And the winner is…

BRAVO A ALICE ZENITER QUI REMPORTE LE PRIX GONCOURT DES LYCEENS 2017 AVEC L’ART DE PERDRE !

Retrouvez le discours d’Alice Zeniter lors de la remise du Prix le 16 novembre à Paris, en cliquant sur l’image ci-dessous :

La Lauréate Alice Zeniter et les membres du jury national

 

*****

 

Les élèves de la classe 601L qui ont participé à cette aventure du Prix Goncourt des lycéens avaient retenu 3 ouvrages pour les délibération régionales : Summer de Monica Sabolo -(édition Jc Lattès) , Un loup pour l’homme de Brigitte Giraud (édition Flammarion) et Bakhita de Véronique Olmi (Albin Michel). Une sélection défendue par Emma Boisselier lors des délibérations à Nantes le 13 novembre dernier.

Retrouvez ci-dessous les impressions des élèves sur cette expérience de lecture peu banale dans la vie d’un lycéen !

La Montagne 12/11/2017

 

L’Echo de la Corrèze 10-11-2017

 

A la rencontre des auteurs du Prix Goncourt

Plateau des auteurs

Le 17 octobre 2017, la classe de première L1 du lycée Edmond Perrier, c’est-à-dire nous, simples énergumènes âgés de 15 à 17 ans, sommes allés, grâce à notre petit bus inconfortable, à la rencontre de cinq auteurs : Brigitte Giraud, Patrick Deville, Alice Zeniter, Veronique Olmi et Monica Sabolo.
Ce fut une aventure périlleuse, en effet, cette rencontre a été annulée une première fois car certaines personnes dont nous tairons les noms (car nous ne les connaissons pas) n’avaient pas pris au sérieux la colère de la rue et le blocage des avions en ce mardi 8 octobre.

Trêve de plaisanterie, entrons dans le vif du sujet. La rencontre s’est déroulée dans un amphithéâtre nommé “Léonard De Vinci , il est très important de le préciser car nous étions sur les traces de cet inventeur de génie, où nous avons pu poser des questions et écouter les réponses des auteurs.

Nous avons été surpris des caractères de certains, comme la sensibilité d’Alice Zeniter ou l’attention de Patrick Deville ainsi que son air un peu dandy …

Après cette interview enrichissante et surprenante, nous sommes passés au moment tant attendu de la séance de dédicaces et du goûter, ne l’oublions pas. Nos livres gardent de douces séquelles de cette rencontre. Nous gardons en mémoire le nénuphar de Monica Sabolo, l’écriture délicate et surannée de Patrick Deville, les mots personnalisés d’Alice Zeniter ainsi que les petits cœurs de Brigitte Giraud. Merci à eux pour ces précieux souvenirs
Ce fut un moment de découverte durant lequel nous avons eu l’opportunité de discuter et de partager nos impressions avec les auteurs.
Malheureusement, Véronique Olmi n’a pas pu rester pour les dédicaces (croisons les doigts pour la rencontrer à la foire du livre de Brive).

Après ces séances riches en émotions, c’est le départ, un dernier trajet en chansons…

La journée fut merveilleuse, merci à Canopé, à la Fnac, sans oublier le lycée et les auteurs (et aussi la salade niçoise et le gâteau au chocolat ! ).

 

Patrick Deville en dédicace
Alice Zéniter en dédicace

 

Monica Sabolo en dédicace

 

Brigitte Giraud en dédicace

 

L’ar[bre] de perdre

Poème écrit par les élèves de 1ere L participant au Prix Goncourt des lycéens à propos du roman L’Art de perdre d’Alice Zeniter

 

Source image : Artiglobe.com

Source image : Artiglobe.com

L’ar[bre] de perdre

Une jeune fille nommée Naïma,

Se questionnait sur ses origines.

Irait-elle un jour là-bas,

Dans ce pays où poussent ses racines ?

Tant de pourquoi sans réponse,

Des fleurs cachées par des ronces.

Tout ce qui n’a pu être dit

Par son grand père, Ali.

Lorsqu’elle ouvre les yeux le matin,

Ouvre les fenêtres de ses mains,

A l’extérieur elle voit Paris

Mais dans ses veines coule l’Algérie.

Et l’arbre du savoir,

Qui raconte tant d’histoires,

Tombera peu à peu ses feuilles

Que chaque mot cueille.

Marie et Alexandre 1ere L1