Les Gilets jaunes signent l’acte 8 !

Et oui, le mouvement de mobilisation des gilets jaunes dure déjà depuis 8 semaines ! Faisons le point !

2 000 personnes mobilisées à Caen. Source de l’image : ouestfrance.fr

Les gilets jaunes se sont rassemblés au nombre de 50 000 ce samedi 05 janvier 2019. Ce nombre est en forte baisse par rapport au 17 novembre 2018, qui était la première journée de mobilisation, où 280 000 personnes s’étaient rassemblées, mais en légère augmentation par rapport à la semaine dernière, pour l’acte 7, qui a mobilisé seulement 12 000 manifestants.

Pour cette 8e mobilisation, qui inquiète toujours le gouvernement, 56 000 membres des forces de l’ordre étaient mobilisées.

Les violences : 

L’acte 8 a été marqué par beaucoup de violences, à Paris comme en régions.

A Paris, la porte du ministère a été défoncée par des gilets jaunes, à l’aide d’un engin de chantier, alors que le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, était en interview avec un journaliste. Le journaliste et lui-même ont été évacués par l’arrière du bâtiment.

Encore à Paris, un homme à visage découvert a violemment attaqué plusieurs gendarmes à coups de poing et de pied. Ces derniers ont été transportés à l’hôpital en urgence. L’attaquant, qui se nomme Christophe Dettinger, était ex-champion de France de boxe. Après l’attaque, ce dernier a pris la fuite. Il a été retrouvé ce lundi après deux jours de recherche.

A Caen comme à Rouen, des incidents se sont produits. A Caen, des personnes ont démonté les barrières du chantier du tramway pour servir de barricades. Un sapin de Noël a également été brûlé et des feux allumés sur la chaussée. A Rouen, il y a eu des feux aux distributeurs de banque, des abris bus cassés et des jets de projectiles contre une caserne de gendarmerie. 16 personnes ont été placées en garde à vue.

La suite du mouvement :

On peut se demander quelle sera la suite des événements : face à un tel déferlement de violence, c’est sûr,  le gouvernement va durcir sa réponse. Les gilets jaunes vont-ils davantage se mobiliser samedi prochain, au risque peut-être de déstabiliser le pouvoir, ou bien le mouvement va-t-il s’arrêter, par peur de voir les choses dégénérer  ? La réponse au prochain acte.

 

Sources des informations : Ouest-France, SudOuest et LeFigaro.

Article réalisé par Elise.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.