Le ping-pong : un nouveau hobby des 6ème

Pour les 6ème, le ping-pong c’est nouveau parce que il n’y avait pas de table de ping-pong dans les écoles primaires. J’ai voulu savoir ce qu’en pensaient les 6ème. 

Les tables de ping-pong, un point de rendez-vous des collégiens. Photo eugène.com

Le ping-pong a beaucoup de succès au collège et même dans le monde entier. Ce sport est né en Angleterre à la fin du 19ème  siècle mais aujourd’hui il est surtout pratiqué en Chine (où il y a 10 millions de licenciés !), en ex-URSS (où il y a 3 millions de licenciés) et en Allemagne (où il y a 630 000  licenciés). En France il y a environ 20 000 licenciés. (source des informations  : wikipedia)

Au collège, ce sont surtout les garçons qui y jouent. Des équipements sont à notre disposition : il y a 4 tables de ping-pong qui sont réparties dans les cours de récré : deux dans la cour du bas et deux dans la cour du haut. Elles sont en pierre et ne sont pas fragiles, même si elles commencent quand même à s’user.

On peut jouer aux récrés de 10 h 30 et de 16 h et pendant la pause du midi. Il faut amener sa raquette et/ou une balle, si on a une carte FSE, on peut emprunter une raquette et/ou une balle à la vie scolaire.

Plus de table ? On se débrouille autrement ! Photo Eugène.com

Et quand toute les tables sont prises, les élèves jouent sans tables, avec les lignes tracées au sol pour les arrêts de bus comme repères !

Pourquoi les 6ème aiment jouer au ping-pong ?

Jules m’a dit « Je trouve ça bien parce que tout le monde y joue, et j’avais envie de tester ». Gaétan nous dit qu’il joue « parce que c’est une passion », et que les grands joueurs sont des modèles pour lui. Nathanaël, lui, a une table de ping-pong chez lui et adore y jouer : « ce qui me motive, c’est le plaisir de jouer : j’aime les balles rapides, faire des effets ». Noah explique quant à lui que ce qui le motive, c’est de « jouer avec les copains et de faire des compétitions ». 

Article écrit par Jules

(1 commentaire)

  1. Jules j’adore ton article sur le ping-pong ! MAXENCE BORDAS

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.