Une rentrée au top !

 Cette année encore, beaucoup de nouvelles têtes au collège ! En effet, cette année, beaucoup de 6ème sont entrés au collège ! Mais comment leur rentrée s’est-elle passée ? Voici dans cet article, quelques impressions  de nos nouveaux collégiens en herbe !

Clémentine. Photo Eugène.com

Clémentine a beaucoup aimé sa rentrée ! Elle a d’ailleurs ajouté qu’elle ne « pensait pas s’habituer si vite à tous ces changements ! » De plus, elle a ajouté qu’elle adorait le CDI ! « J’y vais dès que je peux ! » Quant à Jeanne, Jade et Juliette, elles aiment beaucoup le self car elles trouvent la nourriture qu’on y sert très bonne et surtout, très différente de celle de l’école primaire ! En revanche, les 3 étages du bâtiment principal  et les escaliers qui vont avec ne sont pas très appréciés par ces trois élèves ! En effet, Jade nous dit  » C’est énervant les étages ! Il faut toujours monter ou descendre pour les cours ! »

Certaines stressaient, comme Jeanne, qui avait peur car, nous dit-elle « Je ne savais pas comment ça allait se passer! » et Jade : « j’avais peur de me tromper et que les grands nous embêtent »  ; elles ajoutent aussi que le collège, c’est « cool parce qu’on peut manger des chewing-gums en récré et mettre des talons ! » Quant à Juliette, elle  trouve que les professeurs sont sympas.

Du côté des garçons, la rentrée s’est aussi très bien passée !

Paulin aime bien les tables de ping-pong. « On n’en avait pas en CM2 », mais il « n’aime pas les heures de colle parce que il faut revenir au collège le mercredi après-midi . » Terry, quant à lui, aime beaucoup le self mais, comme Paulin, il n’aime pas les heures de colle et les observations. Il a aussi ajouté qu’il regrettait la salle unique du primaire : « C’est pénible de devoir toujours changer  de salle ». Pour finir, Judicaël préfère ses horaires de cours à ceux de l’an dernier : « Mes horaires sont super cool ! » mais tout comme ses autres camarades, il n’aime pas les heures de colle  !

Il ne nous reste plus qu’à leur souhaiter d’éviter les punitions et surtout… les heures de colle pour pouvoir passer une bonne année !!

Article écrit par Agathe

 

L’envers du décor de la vie foraine

Les forains et leur vie… Vous vous y connaissez  ? C’est l’occasion d’en parler et de découvrir les dessous de cette vie hors du commun. Pour cela je suis allé à la rencontre de plusieurs forains, Ludovic, Pierre, Magalie et Eric, qui m’ont parlé de leur quotidien.

Il ne faut pas confondre les forains et les Gens du Voyage, souvent nommés « Roms », « Manouches », « Tziganes »…  Un forain, c’est quelqu’un qui possède des manèges, qui les monte, les démonte dans les fêtes foraines et qui  propose l’animation de ses manèges : « Approchez, approchez, je vous attends pour le tout prochain départ ! »…. « Vous êtes fatigués ? Allez, c’est la tournée du patron ! »

Suivre les fêtes nécessite un mode de vie à part entière. C’est le sujet de mon article.

Une caravane foraine. Photo Eugene.com

Premièrement : le logement

Pour commencer, Ludovic m’a parlé du logement des forains : la caravane ! Et oui, on bouge dans ce métier !

Il m’a expliqué qu’une caravane peut varier dans la qualité de son confort, en fonction du prix de vente et de la date de sortie.  Par exemple, celle de pierre est de 2015 et fait 35 m2, comme un petit appartement ! Tous les deux s’accordent  à dire qu’un forain n’est pas plus mal installé qu’une personne sédentaire.

Mais le savez-vous ? La plupart des forains ont une maison en dur pour la fin de saison quand ils n’ont plus de fêtes !

 

Est-ce un métier physique ?

un manege d’auto en montage
photo : Eugene.com

Pour certains oui , car il faut monter et démonter les manèges très souvent. Magalie, qui tient un manège à sensations,  trouve qu’un montage est long mais aussi très physique, surtout qu’elle gère cette partie avec sa fille et que ce n’est pas toujours facile.

Du coté d’Eric, qui tient un stand de nourriture, c’est moins dur :  « Pour moi le plus dur est le calage du camion pour le stabiliser,  sinon rien de bien physique  !  »

Ludovic, quant à lui,  rejoint le témoignage de Magalie : « pour moi qui tiens des autos tamponneuses, le calage est bien plus compliqué pour mon métier* que pour celui d’Eric, et aussi bien plus physique car il faut monter ce dernier pièce par pièce ». Il faut dire que le manège de Ludovic mesure 24 mètres par 13, ce doit être du boulot !

Et les enfants de forains, quelle vie ont-ils ?

Selon tous les témoignages recueillis,  aujourd’hui, tous les enfants de forains vont a l’école, et de nos jours ils passent même leur bac, contrairement à la génération précédente qui quittait l’école à 16 ans maximum.

Le plus souvent, pour les forains itinérants qui ont des dates dans des villes éloignées les unes des autres, les enfants changent plusieurs fois d’école dans l’année,  mais pour les forains qui ne se déplacent pas trop et restent dans la même région,  les enfants restent toujours dans la même école.
Ludovic nous a dit « Moi, mes enfants vont a l’école à Uzerche car on reste dans le coin, par contre  l’été ils nous suivent ! »
Pierre, lui, nous explique :  « On a fait un autre choix, mes enfant font l’école par correspondance. »

En conclusion, les forains sont des gens comme les autres, qui ont une maison, dont les enfants vont à l’école, qui sont intégrés à la société, mais qui ont un mode de vie particulier.

 

* Dans le jargon forain un métier est un mot pour définir le mot manège

 

Article et reportages de Luc@s

Une solution pour nettoyer nos océans ?

La pollution de nos mers et de nos océans fait rage, une solution efficace est désespérément  requise ! Un jeune homme Néerlandais du nom de Boyan Slat  nous redonne de l’espoir avec une solution qui pourrait bien être la bonne !

Boyan Slat :

Boyan Slat,  24 ans, est un entrepreneur et un écologiste Hollandais qui crée des technologies pour résoudre des problèmes sociétaux. A son âge, il est déjà le fondateur et PDG (Président-Directeur-Général) de l’Association  « The Ocean Cleanup » une association créée dans le but de purifier nos Océans de la quantité impressionnante de plastique dérivant dans ses eaux grâce au développement de systèmes  élaborés. Boyan Slat est le plus jeune membre de la plus haute distinction environnementale de l’ONU ; Champion de la terre. En 2014 seulement âgé de 21 ans, il s’est vu recevoir le prix « Champions of the Earth » catégorie « inspirations et actions » dans le cadre de Programme des Nations unies pour l’environnement et en décembre 2017, il s’est vu décerner le titre de Néerlandais de l’année par le magazine Elsevier.

Un projet révolutionnaire !

Comment enlever le plastique des océans ? Source image : observatoire européen de la transition

Après de nombreuses tentatives,  une de ses idées se concrétise. Son idée un peu folle a débuté avec une phrase : «Au lieu d’aller vers le plastique, il est possible d’attendre simplement que le plastique vienne à nous». Cette conclusion un peu invraisemblable a finalement été la bonne. En effet, le projet consiste à  utiliser les courants de l’océan pour attraper le plus de plastique possible «Une série de barrières flottantes capturerait d’abord le plastique et concentrerait les débris, les envoyant vers une plateforme (fonctionnant à l’énergie solaire) capable d’extraire les plastiques» il s’agit en fait d’un sorte d’entonnoir géant amenant les débris à une plateforme où ils seront traités.

Cette technique a déjà fait ses preuves  avec une série de barrières de 40 mètres.  Boyan Slat estime qu’avec une barrière flottante de 100 km laissée pendant 10 ans, presque la moitié du plastique du Gyre (courants marins en forme de cercle au Nord du Pacifique) pourrait être retirée, soit 70 millions de kg. Cela ne coûterait que 6 dollars par kg, soit 33 fois moins que les méthodes plus classique, tout en étant 7 900 fois plus rapide. Il serait ensuite possible de recycler les matières récupérées. Malheureusement les micros particules de plastique venant d’anciens morceaux de plastiques ne pourront plus être récupérées; mais si l’ont arrête pas ce cercle vicieux  tout de suite d’autres micro particules se formeront et ainsi de suite.

Pourquoi faut t-il absolument nettoyer les océans et mers maintenant ?

Les animaux prennent le plastique pour de la nourriture. Source image : Australia-australie.com

Certains ne connaissent pas l’ampleur de la situation aujourd’hui, mais des tonnes de plastiques dérivent sur les océans et les mers et forment ce qui peut ressembler à des pays constitués uniquement de plastique ! Par exemple il existe un amas de déchets situé a mi-chemin entre Hawaï et la Californie,  surnommé le septième continent.

Cette pollution des eaux a aussi des conséquences néfastes sur les animaux comme les oiseaux et les poissons  qui prennent ce plastique pour de la nourriture  et en meurent. Ils sont surtout attirés par le plastique de couleur rouge.

 

Des Mauvaises habitudes à perdre

Bien sûr, ce n’est pas parce qu’il y a une solution qu’il faut prendre ou garder ses mauvaises habitudes ! Il ne sert à rien de nettoyer les océans et les mers si les déchets continuent d’affluer.  Jetez vos déchets à la poubelle et non par terre ou dans l’eau ! Optez pour des gestes simples, pour une planète plus saine !

sources: information.tv5monde .comboyanslat.comnatura-sciences.com

 

Article écrit par Solange Post

 

Rencontre avec notre nouveau principal

M. Pouzet est arrivé cette année dans notre collège. Il remplace M. Dedelot qui est parti dans une autre académie. Nous sommes allées à la rencontre de notre nouveau principal pour mieux le connaître.

M. Pouzet, notre nouveau principal. Photo Eugène.com

Eugène.com : Bonjour monsieur, pouvez-vous vous présenter?

M. POUZET : Je m’appelle Christian POUZET.  Je suis principal du collège d’Objat depuis le 01 septembre 2018. Auparavant, j’ai été principal du collège Jean Moulin à Brive, qui est classé zone d’éducation prioritaire, c’est-à-dire qu’il accueille des élèves très très pauvres ou en difficulté sociale importante. Encore avant, j’ai été principal de différents collèges et lycées dont le collège Clémenceau à Tulle, le collège de Lubersac, et même le collège d’Objat, il y a longtemps ! J’ai également été proviseur adjoint du lycée de Bourganeuf en Creuse. Et avant d’être principal, pendant 8 ans, j’ai été Conseiller Principal d’Education (CPE) dans 3 collèges et lycées.

Eugène.com : Quelles sont vos priorités cette année ?

M. POUZET : Au collège d’Objat cette année, c’est d’abord d’avoir des bons résultats au brevet. J’ai fixé une règle : plus un établissement a de bons résultats au brevet, plus il est apprécié par les parents et les élèves ! Au collège d’Objat, les résultats aux examens terminaux sont bons mais pourraient être meilleurs encore. Par contre,  je trouve que c’est un établissement formidable, car il y a beaucoup d’actions qui sont proposées par les enseignants. J’espère avoir de bons résultats sur tous les niveaux, pas seulement au niveau des 3e,  et que les activités proposées soient appréciées par un large public et aident les élèves dans leur développement.

Eugène.com : Pouvez-vous nous rappeler votre position vis-à-vis de l’interdiction des téléphones portables ?

M. POUZET : Je ne vous donne pas ma position personnelle, mais celle du chef d’établissement, représentant de l’Institution : je suis pour l’interdiction du téléphone portable et je vais la faire appliquer.

Eugène.com : Merci beaucoup !

Article réalisé par Emma et Elise.

Alimentation : Adoptez les circuits courts !

Les Français consomment de plus en plus de produits issus de circuits courts. C’est quoi exactement ? Pourquoi privilégier ce mode de consommation ?

Source de l’image : actu-environnement.fr

Les circuits courts ?  Ça vous dit quelque chose ?

Un circuit court est un mode de distribution de produits alimentaires agricoles très à la mode. Il ne compte qu’un seul intermédiaire maximum, ce qui permet d’avoir des produits plus frais, de meilleure qualité et sans frais de transport. Vous pouvez acheter ces produits sur des sites de vente en ligne, directement à la ferme ou encore dans des magasins de producteurs.

Par exemple, à Objat, si vous allez au marché, la plupart des produits sont en circuit court car ce sont des producteurs du coin qui vendent leurs légumes et leurs fruits, pour certains c’est même du circuit court Bio !  Et certains agriculteurs vendent directement leur production de viande à la ferme, grâce à un équipement en chambre froide et une salle de découpe de la viande.

Quels avantages ?

Ils sont nombreux ! Les circuits courts permettent la rencontre entre producteur et consommateur. Ce lien va permettre au consommateur de savoir d’où vient le produit qu’il achète et comment il est fabriqué.

En plus, il n’y a pas ou peu de transport. Cela permet d’avoir des produits plus frais et donc, de meilleure qualité.

Et surtout : c’est écologique ! On n’a pas besoin de faire voyager  un produit sur des centaines voire des milliers de km pour le consommer ! Son

Après, c’est à vous de choisir ! Soit vous achetez vos produits en grande surface sans tenir compte de leur provenance, soit vous êtes pour l’agriculture locale, responsable et écologique, en achetant vos produits à la ferme ou en circuit court, avec des produits frais et avec peu ou pas de transport.

Notez que même en grande surface, depuis quelques années, on privilégie de plus en plus les productions locales de produits frais (légumes, fruits, viandes, crèmerie)  : regardez les étiquettes pour savoir d’où viennent les produits !

Sources des informations : Essentiel Santé Magazine n°51 de Septembre 2018, Fthsynergie et la Coopération Agricole.

Article réalisé par Elise.

Qui dit rentrée dit retour du harcèlement scolaire….

Chaque année, environ 12% des élèves, que ce soit à l’école primaire ou au collège, sont harcelés.

Source de l’image : magicmaman. com

Pour commencer, il faut savoir ce qu’est le harcèlement scolaire…

Le harcèlement scolaire est une conduite volontairement agressive d’une ou plusieurs personnes qui se reproduit régulièrement. Dans ce cas, la victime ne peut pas se sortir seule de ce cercle, elle a besoin d’aide.

Il y a plusieurs formes de harcèlement : la violence physique (les coups, le racket, les gestes déplacés,…) ou mentale (les insultes, les menaces, les mises à l’écart, les chantages, les rumeurs colportées…).

Le harcèlement entraîne plusieurs conséquences pour la victime : l’élève harcelé perd l’estime de soi, il voit ses résultats scolaires chuter, il peut développer des symptômes dépressifs,… Afin d’éviter les séquelles, il faut prendre en charge l’enfant le plus rapidement possible.

Les victimes : 

Source de l’image : clg-roland-garros.ac-nice.fr

Si vous êtes victime de harcèlement scolaire, n’hésitez pas à en parler avec des adultes ou avec des personnes de confiance. Il y a aussi un numéro vert : 08 08 80 70 10.

Comment réagir face à une victime du harcèlement scolaire ?

Selon le lien qu’il y a entre nous et la victime, on peut réagir différemment :

  • les parents : la première chose à faire est d’évaluer la situation. La façon dont vous réagiriez face à votre enfant déterminera la suite des événements. Si l’enfant voit que vous avez peur d’aborder le sujet, il va, encore plus, se renfermer sur lui-même et n’en parlera plus. Deuxièmement, il faut prévenir l’établissement, et troisièmement, il faut aider l’enfant à reprendre confiance en lui.
  • les amis : il faut encourager la victime à parler du harcèlement aux adultes, l’encourager à affronter le ou les harceleurs, la soutenir, ne pas la laisser seule.
  • les adultes : il faut prévenir la famille, démasquer le harceleur, encourager l’enfant à en parler,…
  • les témoins : il faut dénoncer la situation aux adultes le plus vite possible afin que cette dernière s’arrête.

 

Sources des informations : Le magazine Essentiel Santé  n°51 de Septembre 2018 et le site  Psychologies.

Article réalisé par Elise.

Pompadour : le plus grand évènement équestre de l’année arrive à grands pas…

Du mercredi 19 au dimanche 23 septembre 2018, l’IFCE, Institut Français du Cheval et de l’Equitation, organise la Grande Semaine de Pompadour. C’est le plus grand évènement équestre de l’année. Au programme, les journées nationales de l’Anglo-arabe, les finales nationales de concours complet jeunes chevaux et poneys…

Source de l’image : shf.fr

Les épreuves se dérouleront sur deux sites : l’hippodrome et le Haras.

Petit point culture  !

L’hippodrome de Pompadour est âgé de 180 ans et a la particularité d’avoir une piste en sable. Le Haras de Pompadour, qui s’étend sur environ 120 hectares, accueille chaque année plus de 160 jours de manifestations dont 11 jours de courses et des compétitions équestres de haut  niveau comme la Grande Semaine de Pompadour.

Les plus grands cavaliers français sont attendus durant ces quatre jours. Chaque année, les champions olympiques se rendent à la Grande Semaine. Espérons qu’ils vont se déplacer une année de plus.

Tous les jours de la Grande Semaine et sur l’ensemble du Haras, vous pourrez vous promener dans plusieurs stands. Vous y trouverez des équipements d’équitation, des restaurants,…

Les journées nationales de l’Anglo-Arabe :

Du 21 au 23 septembre 2018, en parallèle de la Grande Semaine, vont se dérouler les journées nationales de l’Anglo-Arabe avec des épreuves de saut, d’allure et de modèles.

Sources des informations : IFCE et ANAA.

Article réalisé par Elise.

Le marché de pays, un événement tendance dans nos campagnes !

Comme vous avez pu vous en rendre compte, dans beaucoup de villages, depuis un moment, se déroulent des marchés de pays . . . Mais concrètement de quoi s’agit-il ?

 

Le marché du Saillant à 10 min d’Objat
source : http://caussecorrezien.fr

Les marchés de pays dits aussi marchés nocturnes ou marchés de producteurs sont des marchés en plein air mais aussi festifs et animés !  Les personnes qui tiennent le plus souvent sur les stands sur ces marchés sont des producteurs locaux.

Les producteurs privilégient le contact direct entre le producteur et le consommateur,  et les consommateurs peuvent  rester sur place pour consommer les produits du terroir trouvés sur le marché, tels que des fruits, des légumes , de la charcuterie, des fromages, du pain cuit au four traditionnel. . .

Certaines manifestations sont sonorisées par l’association  Marchés de Producteurs de Pays ; d’autres tout aussi festives sont organisées par des associations locales.

Parmi les marchés de pays les plus proches d’Objat, il y a celui du Saillant, le mardi soir, ou celui d’Ayen le jeudi soir.

Alors les gourmands, vous êtes prêts ?  : à vos couverts  ! Rendez-vous tous l’été prochain dans les marchés de pays les plus proches de chez vous !

Nos sources :

francebleu.fr/lamontagne /

Article rédigé par Luc@s et Aurélien

Les humeurs cérébrales … Rien a voir avec le cerveau, c’est de la musique !

Les humeurs cérébrales vous connaissez ?… Il s’agit encore d’un groupe corrézien bien comme on les aime ! Je vais vous le présenter.

source : Haute-Vienne Tourisme

Les humeurs cérébrales sont un groupe formé en 2012 par des amis d’enfance aux abords de Tulle, notre chef-lieu de département.

Il ont inventé un style musical à part entière, le Trad’n Roll et ont déjà 5 albums à leur actif. Le trad’n Roll, c’est un style celtique-médiéval en costume avec un accent du terroir et des textes pleins d’humour.  Par exemple, ils ont des des titres comme «Les oies dans le champ du voisin» ou «Gilberte dans les Monédières».  Si vous voulez voir le clip des oies,  cliquez ici 

Mais qui sont ces larrons corréziens ?

Geoffrey le Paysan, Laura la Guerrière, William le marchand, Thomas le gentilhomme, Bat le Nomade, Kiki le pirate…  Avec leur garde-robe tout droit sortie du Moyen-Age, Ils ont plus de 600 représentations au compteur et toujours autant d’énergie sur scène ! Ils font beaucoup de concerts dans le département mais aussi de plus en plus partout en France !

Mes sources :  leur site     / L’écho corrézien / La Montagne

luc@s rédacteur à Eugène.com

Et de 5… Une année de plus qui commence !

Bonjour à vous, chers lecteurs, je vous informe que l’atelier journal ré-ouvre ses portes le jeudi 20 septembre à 13h ! Pour les nouveaux, ou ceux qui sont passés à côté les années passées, je vais vous présenter l’atelier, ainsi que son fonctionnement.

Une équipe prête à scruter l’information pour vous ! Photo Eugène.com

De quoi on parle ? 

L’atelier journal est une activité ouverte aux élèves du collège et qui a pour but d’alimenter notre blog Eugène.com, un journal scolaire en ligne. On couvre l’actualité du collège et les événements qui ponctuent l’année (les nouveautés, les nombreux projets dans les classes, le cross, le repas de Noël, la vie des ateliers, les scoops, les tendances…) mais aussi l’actualité avec un grand A, celle qui occupe les journaux télévisés et la presse nationale.

Notre heure de gloire

L’an dernier, cet atelier n’est pas passé inaperçu ! Et oui, on a été élu Meilleur journal numérique collégien de France par le concours de Kaleido’scoop et meilleur journal numérique collégien dans l’académie par le prix Mediatiks… Rien que ça ! Et on est monté à Paris ! (Voir la vidéo)

Quand venir ?

Deux créneaux horaires sont ouverts cette année encore pour les journalistes. Cette activité se déroule au CDI, car l’atelier est orchestré par Madame Marrou, professeur documentaliste.

Attention le CDI est réservé pour le journal sur deux créneaux horaires : le Jeudi de 13h à 14h et idem pour le vendredi. Donc il est fermé au autres collégiens sur cette durée.

 

ATTENTION  il ne reste que 4 places disponibles pour cet atelier, alors si vous voulez vous inscrire, dépêchez-vous d’accourir au CDI pour en parler avec madame Marrou !

A bientôt sur notre blog !

Luc@s rédacteur a Eugène.com

Featuring WPMU Bloglist Widget by YD WordPress Developer